ASSOCIATION FRANCAISE DE COUNSELING 

   DANS

          L'APPROCHE CENTREE SUR LA PERSONNE

 

 

Accueil

Counseling

Counseling centré sur la personne

A.F.C.A.C.P.

Documents

Citathèque

Bibliographies 

Outils   

Forum de discussion

Liens

Contacts


 

LE Q.SORT :
UNE TECHNIQUE DE REFLEXION
INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE




DESCRIPTION BREVE

La technique du Q. Sort - technique de Tri (Sort) Qualitatif (Q.) - a été proposée par W. STEPHENSON, statisticien américain, en tant que nouvel instrument de recueil d'informations permettant de récolter, plus finement que les questionnaires ou les échelles d'attitudes, des appréciations subjectives et des réflexions personnelles.

Cet instrument offre la possibilité pour chaque personne qui est invitée à l'utiliser d'identifier, par différenciations successives, sa perception, son attitude ou son positionnement intellectuel par rapport à une réalité qui la concerne directement ou indirectement.

Cette passation individualisée peut, si on le souhaite, être suivie d'un traitement statistique complet ou d'un comptage plus rudimentaire.

Mais le Q. Sort peut également être utilisé pour favoriser une confrontation féconde des points de vue au sein d'un groupe: cette mise en présence des conceptions ou des perceptions de chacun se réalise alors dans un climat qui a peu de commune mesure avec les discussions interminables ou les crispations hérissées qui caractérisent la plupart des réunions spontanées : chacun va pouvoir ici valoriser son point de vue et entrer dans une discussion argumentée.

Le Q. Sort se présente généralement sous la forme d'une série d'assertions (en liste, en feuilles prédécoupées en cases, ou en paquet de fiches) explorant toute la variété des attitudes ou des opinions concernant une notion, un thème, un problème ou une situation.

Cette série peut être relativement courte (20 ou 25 items) ou beaucoup plus longue (jusqu'à 70 items), en fonction de l'objectif poursuivi


TROIS OBJECTIFS POSSIBLES

La caractéristique principale du Q Sort en tant que technique est de pouvoir s'adapter - après quelques modifications - à une large variété de situations et d'objectifs.

1) OBJECTIF D'ENQUETE : elle permet, dans ce premier usage, de recueillir, dans des conditions supérieures de fiabilité, des positions subjectives qui émanent d'une véritable réflexion personnelle et ce, dans des conditions particulièrement favorables à la libre expression. Les réponses individuelles obtenues peuvent ensuite être traitées selon des méthodes statistiques classiques.

Il s'agit, dans cette perspective, de proposer à des individus pris isolément ou réunis en groupe, de classer -de façon exhaustive ou partielle - l'ensemble des items du Q. Sort. Ce classement s'effectue généralement selon une échelle qui va de l'adhésion la plus forte au rejet le plus catégorique.

2) OBJECTIF DE FORMATION : dans le cadre d'une formation, le Q. Sort peut avoir une double fonction : d'une part, il permet de saisir, à un moment donné, une image des représentations présentes au sein d'un groupe ; d'autre part, il mobilise la réflexion et entraîne progressivement des modifications dans ces représentations.

Deux modalités d'utilisation sont envisageables dans ce cas:

- on peut demander à chaque participant de choisir, par exemple, deux affirmations avec lesquelles il se sent totalement en accord et deux autres qu'il rejette fortement; puis, en une seconde phase, faire un tour de table au cours duquel chacun présente aux autres ses choix personnels ainsi que les arguments qui les étayent.

- il est également possible d'inviter à un travail en sous-groupes ayant pour objectif l'harmonisation des points de vue, la description des accords et des désaccords ou la formulation d'une proposition qui serait consensuelle.

3) OBJECTIF D'ACTION : Le Q.Sort est un instrument de diversification des points de vue ou des angles d'attaque d'un problème, d'une situation ou d'une notion. Il peut, par conséquent, être tout à fait utile dans le cadre de réunions à visée de confrontation d'idées, de résolution de problèmes ou même d'évaluation de l'action.

La réunion, au lieu de s'engluer dans d'éternelles guerres de tranchée entre les partisans d'une approche et les défenseurs de l'approche antagoniste, pourra alors prendre appui sur un inventaire composite des positions de chacun et éviter ainsi les bipolarisations stériles.


COMMENT CONSTRUIRE UN Q.SORT?


Une première étape d'élaboration consiste à rassembler la plus large variété d'approches de l"'objet" choisi pour le Q. Sort. Ce rassemblement d'éléments significatifs peut être effectué:

- par un inventaire d'idées réalisé au sein d'un groupe de travail restreint.

- par une récolte de citations d'auteurs.

- par une série d'interviews brèves auprès d'au moins une vingtaine de personnes.

Ces trois modes de recueil d'un matériau de base - d'un "corpus" - peuvent être pratiqués en parallèle, l'essentiel étant ici de n'écarter, a-priori, aucune approche, appréciation, opinion ou idée. Une deuxième étape de travail consistera à opérer un classement des différentes formulations recueillies. Des catégories pourront être dégagées de ce premier regroupement. et ce en vue d'une construction de l'instrument selon des proportions équilibrées (= le même nombre d'assertions par catégorie).

L'étape suivante consistera à reprendre chacune des formulations brutes récoltées en étape 1 et à les rewriter" progressivement en fonction de trois principes d'écriture:

- une idée par assertion : chaque item doit être distinct de tous les autres et ne présenter qu'une seule idée, opinion ou point de vue.

- clarté de compréhension de chaque assertion : éviter les mots rares, les phrases trop longues ou trop complexes.

- neutralité des affirmations : la formulation des items ne doit être ni péjorative, ni induire une approbation  : ce principe est incontournable dans une perspective d'enquête.

Une fois le Q.Sort construit, on mélange les items, et on peut procéder à un test auprès de quelques personnes - individuellement ou en groupe.


Georges Adamczewski - 26 mai 2001.

1