visitors / visiteurs ( on the whole site / sur l'ensemble du site ).

Les pipes de la quarantaine : Les rapports d'études

Fouilles du port antique de Pomègues (Marseille)

Lorsque Michel Goury m'a proposé de prendre en charge l'étude des pipes en terre, je n'imaginais pas que cela puisse être aussi passionnant, qu'il en soit vivement remercié.
"Mieux vaut un bon croquis qu’un long discours" , c'est pourquoi j'ai privilégié dans cette étude, les photographies et figures.

Ph GOSSE.

Contexte géographique :

L'île de Pomègues fait partie de l'archipel du Frioul, au large de Marseille.

Le Frioul se compose de trois îles : If, Pomègues, et Ratoneau, sur l'île de Pomègues, une ancienne calanque, appelée "port antique", accueillait dèjà les galères Phéniciennes et Romaines. Elle fut affectée dès le XVII° siècle à la quarantaine. Voir ci-dessous une vue selon A.

 

Contexte historique :

Depuis l'antiquité, les Marseillais entretiennent des relations commerciales et maritimes avec le Levant, cela, probablement parce que 600 ans avant J.C. les Phocéens (côte occidentale de l'Anatolie), débarquèrent dans la calanque connue aujourd'hui sous le nom de "vieux port", afin d'y établir un comptoir. Ces relations durèrent jusqu'à la fin du XIX° siècle.

A l’époque qui nous intéresse ( XVII° et XVIII° siècles ) concernant le port de Pomègues, l’empire Ottoman occupe une bonne partie du bassin méditerranéen et la peste y sévit de manière quasi permanente. C’est dire que tous les navires en provenance des ports Ottomans sont suspects et soumis à quarantaine, ces ports sont les "eschelles" avec lesquelles Marseille commerce depuis des siècles, celles du Levant comme Constantinople, Mosconissy, Smyrne, Tripoli de Syrie, Seyde, St Jean D’Acre, et celles de Barbarie comme Alexandrie, Tunis, Oran.

Depuis le milieu des années 80, les plongeurs de l'A.R.H.A. ( Association de Recherches Historiques et Archéologiques, présidée par Michel Goury ), on remonté du fond de la calanque un lot très important et varié de mobiliers archéologiques : poteries, vaisselles, et évidemment de très nombreuses pipes en terre.

Le rôle de l'auteur était de classifier, et si possible identifier, plus d'un millier de ces pipes en terre.

L'ensemble fut regroupé en trois grandes catégories :

1) Les pipes italiennes (de la région de Venise) 16% ... échantillon / sample : PDF file 346Kb

2) Les pipes hollandaises, anglaises et françaises 24%

3) Les pipes de l'empire ottoman 60%

Cette étude, outre cette introduction, se compose donc de trois parties correspondant à chacune des trois catégories ci-dessus.

Actuellement disponible chez British Archaeological Reports

 


Counter visiteurs sur cette page
1 1