Discussions de vol libre au Québec

1 juin 1997 au 20 août 2000

Archivées par le Front de Libération aérienne du Québec


<-Message précédent       Consultation par date, auteur ou sujet       Message suivant->

Date: 11 décembre 1997

De: DucK KcuD (110)

Sujet: Alerte_météo_de_décembre (3)

Cher conciarge, on t'aime bien aussi.

Toi, le progéniteur de La Liste, tu te fais un peu secoué dans nos

brassages de cage. C'est pas si grave et mon appel à la discipline est pour

te sauver un peu d'ouvrage. Un peu de turbulence est bien humain, et j'aime

aussi. Un petit rappel à l'ordre de temps en temps est une solution

partielle mais, comme tu l'as un peu démontré, les autres solutions sont

assez lointaines. Je crois qu'on pourra se faire un festin quand même en

attendant, et même sans trop de discipline. Tout cela a commencé, je crois,

quand Marco cherchait des informations techniques pour savoir un peu

comment faire un interface Web simplifié sur le site de l'AQVL. Quelque

chose comme 2 3 boutons à peser pour l'un s'abonner, l'autre se

désabonner, et d'autres pour les gugusses comme sortir la listes de

Listés... Nous avons pensé consulter un gourou comme toi et voilà... Tu as

sûrement besoin de tes vacances dans le sud ( pour voler naturellement )

dont tu nous parlais et que tu dois prendre mollo. Va y mollo, il n'y a

rien qui presse puisque nous sommes un peu comme toi ; c'est à dire qu'on

comprend vite quand on nous explique tranquillement.

Enfin, après ces hors d'oeuvre techniques, intéressants quand même, on

pourrait passer à la soupe du jour. L'alerte est donnée. Comme on ne peut

pas

tellement voler facilement dans la blanche neige, il ne nous reste qu'à

voler dans notre tête. C'est inévitable de toute façon. C'est beaucoup

pratiqué... Mais nous, les pilotes, avons le privilège de la remémoration.

Et c'est très puissant en particulier contre l'intolérable tension du

sevrage ou de je ne sais trop pas ce qu'il y a dans l'air. Je crois qu'il

faut évoquer dans le même sens commencé par notre sauveur spatial. S'il

vous plaît, encore un récit de vol. Encore. Encore. Encore. Encore. Encore.

Encore. McFly, peut-être, qui garde en réserve son fabuleux vol voyage du

volcan. S'il te plaît, McFly, claviérise nous quelque chose. Mets-en.

Jean-Mont-St-Pierre aussi est appelé au clavier aussi.

DucK KcuD


Date: 11 décembre 1997

De: Louis Bastarache (234)

Sujet: Alerte meteo de decembre (3)

On Thursday, December 11, 1997 1:24 AM, DucK KcuD wrote:

> Enfin, apres ces hors d'oeuvre techniques, interessants quand meme, on

> pourrait passer a la soupe du jour. L'alerte est donnee. S'il

> vous plait, encore un recit de vol. Encore, encore, encore...

Apres vous avoir donne quelques petits poissons comme hors-d'oeuvres, je me

rend compte que je ne vous ai pas rappelle comment pecher par vous meme. Je

vais donc reenvoyer sur la liste une introduction au guide du parfait petit

pecheur LISTSERV.

Question de faire mon effort personnel pour mettre un peu de "viande" sur

la liste, je vais essayer de faire mon rapport de vol en Nouvelle-Ecosse

d'ici la fin de l'annee...

Finalement, et dans le but d'essayer de demarrer une thread constructive

(pour une fois), j'ai une question pour les "dieux du ciel". Imaginons que

je suis un nul en vol de distance (ce qui ne devrait pas etre trop dur...)

et que j'aimerais essayer ca au printemps prochain. Ma premiere

preoccupation est quand partir et quand ne pas partir (ce que les

romantiques appellent poetiquement couper le cordon...)

Donc, ma question est la suivante: Quels sont les criteres ou indices

favorables au depart? Ou a l'inverse: Quand est-ce que je suis mieux de

rester au chaud dans le ventre de la montagne maternelle?

Quand on en aura fini avec cette question, et si ca a donne un echange

interessant, vous pourrez ensuite m'expliquer la strategie a suivre en

route...

-Big

P.S. Maudit que j'ai hate a la premiere vraie alerte meteo..


Date: 11 décembre 1997

De: Louis Bastarache (234)

Sujet: Guide du parfait petit pecheur listserv

Veuillez conserver ce message pour reference ulterieure, en =

particulier

si vous n'etes pas familier avec LISTSERV. Ce qui peut =

paraitre

aujourd'hui une perte d'espace disque peut se reveler profitable dans =

six

mois, lorsque vous ne vous rappellerez plus a quelles listes vous =

etes

abonne(e), ou le nom de la commande qui permet d'eviter que votre =

boite

de courrier ne soit remplie a capacite pendant vos vacances. En =

fait,

vous devriez vous creer un fichier d'archivage (notebook, mailbox) =

placer les messages de confirmation tels que celui-ci, ainsi que =

les

messages de bienvenue (welcome messages) emis parfois par =

les

proprietaires de listes.

Pour envoyer un message a toutes les personnes inscrites a la liste, =

il

suffit de l'envoyer, sous la forme d'un courrier electronique, =

a

l'adresse VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA. LISTSERV fera des copies de =

votre

message pour chaque personne actuellement abonnee, sans que l'en-tete =

du

message (Ligne To:) ne contienne la longue liste des destinataires.

Vous ne devez utiliser cette adresse que pour poster des messages a =

la

liste, *et non* des commandes comme SUBSCRIBE, SIGNOFF ou REVIEW. =

Ces

commandes doivent plutot etre envoyees (par courrier) a l'adresse =

du

LISTSERV lui-meme, soit LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA. Autrement, tous =

les

abonnes recevront une copie de votre commande, qui ne sera pas =

executee

puisque mal adressee, en plus d'importuner les membres de la liste.

Notez que notre LISTSERV reconnait le standard ISO-8859 (ou ISO LATIN =

I):

tous les accents francais et la cedille sont donc correctement =

affiches.

Si vous ne pouvez lire cette presentation correctement, =

veuillez

consulter votre responsable local.

--------------------------

Voici quelques-une des commandes les plus importantes pour quelqu'un =

qui

debute avec LISTSERV. La facon exacte de transmettre ces commandes =

a

LISTSERV est decrite a la toute fin du message.

En tout temps, vous pouvez vous desabonner de cette liste en soumettant =

a

LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA la commande "SIGNOFF VOL-LIBRE"

ListServ peut vous confirmer l'envoi de votre courrier de =

plusieurs

facons. Vous pouvez changer cela grâce a differentes commandes:

"SET VOL-LIBRE REPRO" vous enverra une copie de tous les messages =

que

vous enverrez a la liste.

"SET VOL-LIBRE ACK" vous envoie un message de confirmation de =

quelques

lignes.

Plusieurs variations de ces commandes sont possibles, par exemple =

"SET

VOL-LIBRE NOREPRO ACK" ou meme, pour empecher toute confirmation, =

"SET

VOL-LIBRE NOREPRO NOACK". La valeur actuelle de ces parametres (et =

de

certains autres), pour votre abonnement, est disponible avec =

"QUERY

VOL-LIBRE".

Incidemment, etant donne les parametres particuliers donnes a la =

liste

VOL-LIBRE par son proprietaire, vos options ne sont pas =

celles

habituellement donnees par defaut; les differences sont:

MIME

Pour la liste complete, utilisez "QUERY VOL-LIBRE".

Toute contribution a cette liste est automatiquement archivee. =

Vous

pouvez obtenir une liste des archives de courrier disponibles =

en

transmettant a LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA la commande "INDEX =

VOL-LIBRE".

Vous obtiendrez par retour du courrier la liste des fichiers relies =

a

cette liste; le courrier archive se trouve dans des fichiers dont le =

nom

est "VOL-LIBRE LOGxxxx", où xxxx depend du type d'archivage prevu =

pour

cette liste. Pour obtenir l'un de ces fichiers, il suffit de =

transmettre

a LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA la commande:

"GET VOL-LIBRE LOGxxxx"

On peut aussi faire une recherche par mot-cle dans les messages, =

grâce a

la fonction "database search facility". Transmettez la commande =

"INFO

DATABASE" pour plus d'information (en anglais).

Notez qu'il est presentement possible a certaines personnes, grâce a =

la

commande "REVIEW VOL-LIBRE", de savoir que vous etes abonne(e) a =

cette

liste. La commande REVIEW fournit le nom et l'adresse electronique =

de

tous les abonnes. Si, pour quelque raison, vous ne desirez pas que =

ces

renseignements soient disponibles, transmettez =

a

LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA la commande "SET VOL-LIBRE CONCEAL".

Pour plus d'information sur les commandes de LISTSERV, procurez-vous =

la

carte de reference en transmettant a LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA =

la

commande:

INFO REFCARD

ou encore, la commande generale d'aide "HELP".

------------------------------------------------------------------

Comment transmettre une commande a ListServ:

1. Envoyez un article de courrier addresse a LISTSERV@LISTES.ULAVAL.CA =

il

ne doit pas y avoir de ligne "Subject:" et le corps du message ne =

doit

contenir que votre ou vos commandes (une par ligne); evitez =

d'inclure

votre signature.

2. Encore une fois, rappelez-vous que toute commande LISTSERV doit =

etre

adressee a LISTSERV, non a la liste! Seules les =

contributions

elles-memes, c'est-a-dire les messages, doivent etre adressees =

a

VOL-LIBRE.

3. Les regles sont les memes pour toute autre liste ou tout =

autre

ListServ. Par exemple, vous pouvez envoyer a =

l'adresse

LISTSERV@VM1.MCGILL.CA un courrier contenant uniquement la ligne:

"REVIEW BLURB-L"

4. Toutes les commandes peuvent etre ecrites en minuscules. =

Les

majuscules ont ete utilisees ici pour faciliter la comprehension.

5. Pour rejoindre les responsables de la liste, ecrivez a:

VOL-LIBRE-request@LISTES.ULAVAL.CA

6. Pour rejoindre le responsable de LISTSERV, ecrivez a:

postmaster@LISTES.ULAVAL.CA


Date: 11 décembre 1997

De: Claude Montpetit (56)

Sujet: Les decollages "cool" (5)

(Voici une autre tentative de "thread". Il s'agit d'un suject qui me tracasse

depuis un bout de temps.)

On sait qu'un parapente decroche a environ 20 km/hre lorsque charge (c'est a

dire en vol).

Au decollage, avec un vent de 5-10 km/hre, on peut facilement gonfler l'aile

et jouer avec elle avant de decoller. L'aile non chargee ne decroche pas.

Assumons maintenant que le decollage est sur une falaise (pour prendre un cas

extreme). Si le pilote s'amuse avec son aile gonflee au-dessus de lui, se

retourne et marche dans la falaise, y a-t-il risque de decrochage de l'aile?

L'aile qui a une vitesse/vent de 5-10km se retrouve tout a coup chargee.

L'aile a alors deux choix: decrocher ou accelerer. Si elle decroche, le

pilote en pique une bonne. Si elle accelere, elle pique du nez et perd pas

mal d'altittude.

Ma conclusion serait qu'il est tres important de TOUJOURS courir en decollant

meme si l'aile semble bien gonflee et meme si une petite marche cool jusqu'a

la falaise parait possible. L'avantage etant qu'il y a moins de risque de

decrochage et qu'il y aura moins de perte d'altitude au decollage.

Est-ce que je me trompe? Personnellement, j'ai toujours eu tendance a faire

des decollages de type "cool" en marchant lorsque c'etait possible. Je crois

que je vais devoir arreter ca.

Claude


Date: 11 décembre 1997

De: Louis Bastarache (234)

Sujet: Les decollages "cool" (5)

On Thursday, December 11, 1997 10:53 AM, Claude Montpetit wrote:

Wow Claude! C'est la colle du mois que tu nous poses. Je suis sur que meme

si ca semble une question de parapente, Jean Richard doit deja sourir et

s'en lecher les babines ;)

> On sait qu'un parapente decroche a environ 20 km/hre lorsque charge

(c'est a

> dire en vol).

Generalisons la question a toute aile. Si on essaye de comprendre en terme

de vitesse et de charge, ca va etre difficile tout a l'heure. Pour mieux se

comprendre, disons qu'une aile decroche a une certaine incidence, plutot

qu'a une certaine vitesse...

> Au decollage, avec un vent de 5-10 km/hre, on peut facilement gonfler

l'aile

> et jouer avec elle avant de decoller. L'aile non chargee ne decroche

pas.

Elle ne decroche pas si elle est dans son domaine de vol. Tire un peu les

commandes, et tu verras si elle ne decroche pas...

> Assumons maintenant que le decollage est sur une falaise (pour prendre un

cas

> extreme). Si le pilote s'amuse avec son aile gonflee au-dessus de lui,

se

> retourne et marche dans la falaise, y a-t-il risque de decrochage de

l'aile?

Il y a risque de decrochage, mais il est du au fait que tu passes d'un vent

plutot horizontal (sur le dessus) a un vent plutot vertical (dans le cap).

Le risque de decrochage provient alors d'un changement subit d'incidence de

l'aile. Sans s'enfarger dans les fleurs du plancher, disons que l'incidence

est l'angle ton aile par rapport a la direction du vent relatif (un petit

dessin de la falaise, du vent et de votre aile aidera surement les

visuels...)

> L'aile qui a une vitesse/vent de 5-10km se retrouve tout a coup chargee.

> L'aile a alors deux choix: decrocher ou accelerer. Si elle decroche, le

> pilote en pique une bonne. Si elle accelere, elle pique du nez et perd

pas

> mal d'altittude.

Bon, ici il y aurait beaucoup de choses a dire, mais comme j'ai mon quota

pour la semaine, je ne m'embarque pas la-dedans (un autre le fera

j'espere...)

La seule chose que je peux dire, c'est allez regarder les deltaplantes

decoller sur la rampe ouest a Mt St-Pierre. Y en a qui partent bien, tandis

qu'il y en a d'autres qui s'amusent a aller razer le petit cap de roche qui

est en dessous. Ceci demontre que notre discussion s'applique aussi a nos

grands freres, et que si tu t'amuses a enfreindre les lois de la physique

moderne, tu risques de te laminer la face dans la montagne...

> Ma conclusion serait qu'il est tres important de TOUJOURS courir en

decollant

> meme si l'aile semble bien gonflee et meme si une petite marche cool

jusqu'a

> la falaise parait possible. L'avantage etant qu'il y a moins de risque

de

> decrochage et qu'il y aura moins de perte d'altitude au decollage.

Il y aurait encore une fois beaucoup de choses a dire ici, mais disons

simplement que c'est une tres sage recommandation, surtout si tu ne veux

pas te faire mordre par le chien qui etait sur le decollage et qui te court

apres...

Bons decollages a tous!

P.S. Comme j'en ai fait la "douloureuse" experience au debut de l'ete, ses

principes de base s'appliquent aussi a ceux qui se posent au sommet des

falaises :


Date: 11 décembre 1997

De: Claude Montpetit (56)

Sujet: Les decollages "cool" (5)

Ma question ne concerne pas vraiment les decollages falaise. Il s'agit plutot

de comprendre le risque qu'on court quand l'aile se charge subitement (excusez

mon manque de termes techniques. Je devrais me remettre a la therorie sous

peu...)

Je vois souvent des decollages a Yamaska ou le pilote gonfle son aile et

s'approche du bord (de la plateforme, ou de la fameuse roche du deco sud).

Apres verification, le pilote va simplement faire un petit pas et hop! il

vole. Ca me semble un peu risque. Evidemment, mon exemple suppose un vent

assez fort pour te permettre de gonfler ton aile sans courir (reverse) . Il

faut aussi qu'il ne soit pas trop fort pour pouvoir garder sans problemes les 2

pieds au sol sans se faire arracher.

> On Thursday, December 11, 1997 10:53 AM, Claude Montpetit wrote:

>

> Wow Claude! C'est la colle du mois que tu nous poses. Je suis sur que meme

> si ca semble une question de parapente, Jean Richard doit deja sourir et

> s'en lecher les babines ;)

>

> > On sait qu'un parapente decroche a environ 20 km/hre lorsque charge

> (c'est a

> > dire en vol).

>

> Generalisons la question a toute aile. Si on essaye de comprendre en terme

> de vitesse et de charge, ca va etre difficile tout a l'heure. Pour mieux se

> comprendre, disons qu'une aile decroche a une certaine incidence, plutot

> qu'a une certaine vitesse...

>

> > Au decollage, avec un vent de 5-10 km/hre, on peut facilement gonfler

> l'aile

> > et jouer avec elle avant de decoller. L'aile non chargee ne decroche

> pas.

>

> Elle ne decroche pas si elle est dans son domaine de vol. Tire un peu les

> commandes, et tu verras si elle ne decroche pas...

>

> > Assumons maintenant que le decollage est sur une falaise (pour prendre un

> cas

> > extreme). Si le pilote s'amuse avec son aile gonflee au-dessus de lui,

> se

> > retourne et marche dans la falaise, y a-t-il risque de decrochage de

> l'aile?

>

> Il y a risque de decrochage, mais il est du au fait que tu passes d'un vent

> plutot horizontal (sur le dessus) a un vent plutot vertical (dans le cap).

> Le risque de decrochage provient alors d'un changement subit d'incidence de

> l'aile. Sans s'enfarger dans les fleurs du plancher, disons que l'incidence

> est l'angle ton aile par rapport a la direction du vent relatif (un petit

> dessin de la falaise, du vent et de votre aile aidera surement les

> visuels...)

>

> > L'aile qui a une vitesse/vent de 5-10km se retrouve tout a coup chargee.

> > L'aile a alors deux choix: decrocher ou accelerer. Si elle decroche, le

> > pilote en pique une bonne. Si elle accelere, elle pique du nez et perd

> pas

> > mal d'altittude.

>

> Bon, ici il y aurait beaucoup de choses a dire, mais comme j'ai mon quota

> pour la semaine, je ne m'embarque pas la-dedans (un autre le fera

> j'espere...)

>

> La seule chose que je peux dire, c'est allez regarder les deltaplantes

> decoller sur la rampe ouest a Mt St-Pierre. Y en a qui partent bien, tandis

> qu'il y en a d'autres qui s'amusent a aller razer le petit cap de roche qui

> est en dessous. Ceci demontre que notre discussion s'applique aussi a nos

> grands freres, et que si tu t'amuses a enfreindre les lois de la physique

> moderne, tu risques de te laminer la face dans la montagne...

>

> > Ma conclusion serait qu'il est tres important de TOUJOURS courir en

> decollant

> > meme si l'aile semble bien gonflee et meme si une petite marche cool

> jusqu'a

> > la falaise parait possible. L'avantage etant qu'il y a moins de risque

> de

> > decrochage et qu'il y aura moins de perte d'altitude au decollage.

>

> Il y aurait encore une fois beaucoup de choses a dire ici, mais disons

> simplement que c'est une tres sage recommandation, surtout si tu ne veux

> pas te faire mordre par le chien qui etait sur le decollage et qui te court

> apres...

>

> Bons decollages a tous!

>

> P.S. Comme j'en ai fait la "douloureuse" experience au debut de l'ete, ses

> principes de base s'appliquent aussi a ceux qui se posent au sommet des

> falaises :


Date: 11 décembre 1997

De: Marco Levasseur (143)

Sujet: Acheteur de radio portable ?

Salut à tous,

J'ai souvent eu connaissance de pilotes qui cherchaient des radios portable

pour les communications en vol ou lors de nos expéditions.

Surveillez le site internet AQVL, je vais bientôt y incorporer une section

avec des adresses www de radios usagés, informations pour les cours de

radio amateurs, ect...

En attendant, saviez-vous que certaines fréquences sont réservées exprès

pour l'usage en simplex ( communication standard entre pilotes) ?

Pour ne pas interférer avec les répetteurs et les différents autres modes

de communication amateur, nous devrions utiliser les fréquences:

146.4 à 146.58 mhz (SAUF 146.40, 146.43 & 146.46 mhz)

147.42 à 147.57 mhz

Marco Levasseur

Allez dériver dans le plus sérieux des sites de vol libre Québécois sur le

WWW.

http://www.oocities.com/Pipeline/Ramp/9870/flaq.htm

nuage@minfo.net

418-338-6531


Date: 11 décembre 1997

De: Marco Levasseur (143)

Sujet: Mégantic... (3)

À la demande de Richard, voici mon plus beau vol cette année.

Il y a de ces rêves qui vous hantent et restent ancrés en vous pendant des

années. Ici sera décrit, un de mes fantasmes de vol des plus tenaces. Voler

une montagne qui n’avait pas livré tous ses secrets. Depuis plusieurs

années, j’avais eu la chance de faire la rencontre de cette belle réservée.

À chaque rencontre, quelques uns de ses secrets nous étaient dévoilés. Très

peu d’histoires de sa conquête s’ébruitaient, son décollage se trouvant

dans une contrée éloignée et vers l’est son décollage étant dirigé.

Au début du printemps passé, une masse d’air s’avance doucement. Elle

viendra préparer la montagne pour que le rêve devienne réalité. Cette

semaine là, je m’en souviens comme d’hier, un soleil ardent et une brise

d’est s’étira sur huit jours...huit jours d‘un vent qui ne se pointe que

lorsqu’il pleut.

Imaginer, j’étais sur le bord du quai, dans le vieux port de

Trois-Rivières, la terrasse, le soleil, la musique et les belles

femmes...Inimaginable, je songeais à cette belle lointaine.Nous étions en

train de manquer les plus belles conditions pour Mégantic, le chemin était

encore plein de neige et j’étais pris à Trois Rivières pour trois autres

journées.

À mon arrivée à Thetford, le vent d’est et Galarneau persiste dans le ciel

du FLaQ. Après la lecture des messages de la liste, j’apprends que des

pilotes de Sherbrooke et de Trois Rivières ont tenté la chance pour La

montagne au début de la huitaine. Ils ont dû faire la fin de l’ascension à

pied, le volcan leur a offert une maigre « sled » en récompense.

Nous sommes maintenant rendus au matin du septième jour de vent d’est et

les conditions tiennent bon. Le rendez-vous de bonne heure est donné avec

le Duck. Du haut de son balcon, la vue sur le Volcan est sublime et

l’expédition est lancée vers notre but.

À notre grande joie lors de la montée en 4X4, la neige avait fondu dans le

chemin. Dans la forêt il en était tout autrement. Le massif de Mégantic

compte pour l’un des trois »recordmount» en ce qui concerne les

accumulations de neige au sud du Québec. Les autres étant la réserve des

Laurentides et les Chic Choc.

Jusqu’à maintenant, les maximums d’altitudes rapportés par le FLaQ sont de

6250 pieds AGL (8000’ asl). Cependant, Le Volcan ne nous fait le plaisir de

telle éruption que très rarement. Ce matin là, je crois me souvenir que le

sol vibrait. Le thermique serait sûrement dévastateur pour cette journée.

À la montagne, le vent de l’est est parfait, il est tôt pour décoller mais

vu l’orientation du versant, le réchauffement maximum de la paroi devrait

se faire à midi. Plusieurs pilotes de Yamaska ont aussi senti le sol

trembler. La soupe commence à être chaude et je me prépare fébrilement au

montage de mon aile.

Donc, tout en regardant la neige se confondre avec mon aile blanche (toute

les deux un peu jaunis par le printemps). Je me prépare au décollage. Les

cycles thermiques sont forts comme jamais je ne les ai vus ici dans le

passé. Les haubans des antennes sifflent dans le vent entre deux silences.

Le coeur me débat tellement que les questions des badeaux qui m’entourent

ne m’atteignent plus. Je pense bien que c’est LA journée...

Je décolle dans une accalmie. Je n’ai pas eu l’occasion de décoller à cet

endroit par vent fort, pour être sur de ne pas être surpris par un vent

rabattant, j’opte pour un air calme au décollage. Super départ, mais

...Haaaaa &6/@Xx QQ~ ..... aucun lift à la montagne, je pers de plus en

plus. Les 1600’ du décollage fondent comme la neige au soleil et je me

dirige vers l’atterrissage. Ne vous en faites pas, je n’ai pas tout dit.

J’ai entre moi et l’atterrissage, la plus belle pompe de service de...la

province. Hé oui... et elle tient ses engagements. Elle m’envoie à près de

7800’ à ma deuxième tentative pour découvrir son coeur.

La suite un autre soir... si notre concierge ne tire pas la plug...

MegFly


Date: 11 décembre 1997

De: Andre F. Gallant" (122)

Sujet: Mégantic... (3)

Salut Marco,

Je reconnais ton âme de poète et ton coeur toujours passionné pour la=

belle

inaccessible. Des articles comme ça sur la liste, ça fait du bien et ç=

a

donne envie de voir l'hiver finir au P.C. ou de partir vers d'autres=

contrées.

Mais des articles comme ça dans le Survol on a aussi besoin...

Salutations,

André G.


Date: 11 décembre 1997

De: DucK KcuD (110)

Sujet: Mégantic_=3c=3c=3c=3cmémorabilia_'_97_

Merci MecFly de répondre à mon invitation.

Je t'ai toujours dit que tu écrivais très bien. Les disciples de La Liste

bavent et l'expectative de la suite les gagnent.

Ils devront cependant mériter la suite car chacun doit

participer à la Mémorabilia ' 97 en contant son top de l'année. Ne perdons

pas le fil. À l'orgue, Jean-Mont-St-Pierre !


Front de Libération aérienne du Québec
1