1999-03-08

Discussions de vol libre au Québec

1 juin 1997 au 20 août 2000

Archivées par le Front de Libération aérienne du Québec


<-Message précédent       Consultation par date, auteur ou sujet       Message suivant->

Date: 08 mars 1999

De: Yvan Bernard (56)

Sujet: Sens de la bulle !? (15)

--------------E94CF17583808D75EE467D65

Type: text/plain; charset=iso-8859-1

Content-Transfer-Encoding: 8bit

Merci de tes conseils Louis

Je trouve l'histoire du Kleenex bidonante quand je m'imagine

sous mon kleenex entrain de tourner autour d'un bébé kleenex....:)

Comme tu avais fait à l'époque, je me suis également tapé un

bonne brique sur l'exploitation des thermiques et mon esprit était aussi

fin prêt pour apliquer bêtement la règle lors de ma première rencontre

avec la bête mais dans mon cas voici ce qui est arrivé.

Cela se passe à St-Côme au mois de mai 98 Jocelyn et Pascal avec

qui j'ai fait mon cours sont descendu une couple de jours avec leur

treuil pour faire quelques Bi et s'amuser un peu dans le ciel

beauceron. Je suis encore en pleine formation mais déjà assez avancé

pour qu'on me laisse faire mon vol tranquille une fois largué.

Alors une belle journée en perspective et je fini par décoller,

après une couple de palier je largue autour de 2000' puis je met le cap

sur un beau grand champs de labour (bien sec et poussièreux) comme le

veux la théorie de Louis je me paye une belle grosse dégeulante qui me

paraît plus finir mais je sais qu'il faut la traverser si on veut tenter

sa chance pour un noyaux. Une minute plus tard 1000' plus bas je suis

toujours dans une masse d'air plutot dégeulante et je zig zag au dessus

du labour et bingo! un petit brassage mon aile qui se durcit et

beep........beep.......beeb..beep..beep....beep.......beep (je me dis

que c'est le temps de tourner j'amorce un virage mais trop tard je sort

en même temps) et voilà un belle abaté de mon aile qui salut la

dégeulante en y entrant ( elle sont très poli ces ailes).

"Ici je dois vous avouer qu'au décollage j'avais déjà une vrai saloperie

de virus de gastro qui mijotait en moi et générait un peu d'activité

thermique interne ce qui m'a fait hésiter un peu mais enfin le terrain

est génial et les conditions aussi et le train passe pas souvent alors

c'est parti."

Maintenant je reprend un virage (180° environ) et voila que ce petit

brassage a réveillé l'autre thermique interne et j'en suis à me demander

si je vais dégeuler, " .... ", ou visser, mais pendant que j'y

réfléchit pouf ! et encore dedans et voila qu'une bulle me remonte à la

bouche et que je crois que j'ai réussi à dégeuler un peu juste avant de

rencontrer de nouveau l'autre dégeulante. A ce moment cela devient clair

pour moi que je n'ai plus les ressources pour affronter la bête et mon

meilleur choix c'est de serrer bien fort les fesses et de foutre le camp

attérir avant que le volcan ne fasse éruption. Je traverse la même

grande dégeulante qui m'avait amené la (Le champs voisin du labour) et

viens me poser dans un champ voisin du terrain de décollage. Grâce au

ciel le Bi est en train de décoller et l'attention des curieux est rivé

dessus. J'ai personne qui vient m'achaler et c'est bien comme ça.

Alors quand tu me parle de dégeulante Louis je sais de quoi tu

parles, y doit pas en avoir beaucoup qui ont réussi à dégeuler tout

autour et même dans le noyau d'un thermique. Le plus frustrant c'est que

c'était ma première rencontre tant convoité et cherché. Je crois que j'y

ai rêvé deux semaines mais j'ai fini par me consoler dans l'été quand

j'ai recroiser la bête pour un gain d'environ 1000'. Voila les 2 seule

rencontre avec la bête où j'ai vraiment senti ses frontières et son

noyau de façon à n'avoir aucun doute sur son identité.

Alors on peut dire que je suis vraiment un débutant en thermique et vaut

conseils pratique sont toujours bienvenu et profitable à lire. A ce

sujet j'aurais une petite question à poser sur les thermiques.

Peut-être que Thermicator tu as de bon trucs la dessus? Avec

l'expérience des boulets de canons la bas.

L'été passé je me suis payé quelques beau vols en montagne où çà

tenait en dynamique et ce que je trouve pas évident dans ces conditions

c'est de discerner le thermique du dynamique. Quand on surfe sur la

vague ascendante si le vent forcit et bien on se met à monter et on

pourrait croire que l'on est en thermique mais si on tourne dedans on

monte moins vent de dos et le sol défile rapidement alors un seul tour

et on a plus de folies à faire si non c'est le risque de passer à

l'arrière de la montagne alors on peut pas tourner assez longtemps pour

être sûre et aussi cela brasse un petit coup de temp à autre mais ça ne

semble pas non plus des cisaillement bien organisé (en tout cas ceux que

j'ai rencontré en montagne).

Ceux qui ont l'expérience de ces conditions peuvent t-il me dire

quelques bons trucs pratiques pour discerner sans équivoque entre les

deux?

Ou bien c'est juste que je n'ai pas rencontré la bête en montagne

encore? ou bien je ne l'ai pas senti vraiment?

Bonne lecture à tous

AilePhoton

Louis Bastarache wrote:

> Photon dit: "au nombre de thermiques que je suis susceptible de

> rencontrer

> la prochaine saison je vais pas m'amuser à changer de sens au risque

> de

> tout perdre".

>

> Tu pourrais manquer plus de thermiques par manque de trucs

> (théoriques) que

> par le simple fait de changer de côté dans l'ascendance. Moi je change

>

> souvent de côté. Je perds peut-être quelques mètres, mais j'ai du fun

> en

> volant!

>

> Photon dit: "je vais suivre vos conseils et me concentrer sur le

> centrage".

>

> Attention, je ne pense pas que tu doives trop te concentrer sur le

> centrage. Sûrement dans les tous débuts, mais tu vas vite constater

> que le

> problème n'est pas là.

>

> Il y a quelques années, Casse-croute m'a parlé de gens qui volaient

> avec

> des kleenex (des vrais!). Selon la légende, il parait que si tu lâche

> un

> kleenex dans un thermique, il va automatiquement être attiré et monter

> au

> centre de l'ascendance. Il s'agirait donc simplement de tourner autour

> du

> tissu pour centrer la bête.

>

> Je me rappelle encore en avoir parlé à Richard Noel pour avoir son

> avis

> là-dessus. Cinq minutes après -- lorsqu'il a finit par s'arrêter de

> rire --

> il m'a répondu ceci: "le problème ce n'est pas de centrer le

> thermique,

> c'est de le trouver". Amen! Et on se donne 2 minutes de silence pour

> méditer sur cette pensée profonde...

>

> J'ai souvent entendu dire qu'on n'apprend pas à voler dans les livres.

> Moi

> je peux te dire que je savais centrer un thermique avant même d'en

> avoir

> rencontré un!!! Je l'ai appris dans les livres et quand j'ai rencontré

> mon

> premier thermique, j'ai appliqué bêtement la théorique et ça a très

> bien

> fonctionné.

>

> C'est sûr qu'on s'améliore avec le temps, mais la principale

> différence

> maintenant, c'est que je n'ai plus à trop y penser quand je le centre.

> Ça

> me laisse donc la possibilité de regarder ailleurs en tournant, tandis

>

> qu'avant je n'aurais pas vu un 747 passer 100 pieds au-dessus tant

> j'étais

> concentré...

>

> C'est sûr qu'on se demande toujours si on centre le vrai noyau, mais

> tant

> que ça monte c'est quand même pas pire. Je trouve que le centrage

> s'apprend

> assez facilement, mais il y a d'autres choses que je trouve plus

> difficile.

>

> Comme dit Richard: il faut le trouver le thermique (surtout si tu ne

> connais pas bien le site). D'ailleurs, même si tu connais le site, il

> y a

> des jours ou tu vois un débutant aller où il ne devrait pas et monter

> en

> flèche, pendant que toi tu te fais dégueuler dans la pompe à

> couillons!!!

> Autre chose que je dois encore apprendre, c'est comment ne pas aller

> me

> foutre dans la dégueulante et comment en sortir quand je suis pris

> dedans.

>

> Si vous avez des conseils là-dessus, je serais acheteur...

>

> El concierge

>

> P.S. En passant, les dégueulantes tournent dans quel sens? Si je

> savais je

> pourrais peut-être m'en sortir plus vite ;

--------------E94CF17583808D75EE467D65

Type: text/html; charset=us-ascii

Content-Transfer-Encoding: 7bit

Merci de tes conseils Louis

        Je trouve l'histoire du Kleenex 

bidonante quand je m'imagine sous mon kleenex entrain de tourner autour

d'un bébé kleenex....:)

        Comme tu avais fait à

l'époque, je me suis également tapé un bonne brique

sur l'exploitation des thermiques et mon esprit était aussi fin

prêt pour apliquer bêtement la règle lors de ma première

rencontre avec la bête mais dans mon cas voici ce qui est arrivé.

        Cela se passe à St-Côme

au mois de mai 98 Jocelyn et Pascal avec qui j'ai fait mon cours sont descendu

une couple de jours avec leur treuil pour faire quelques Bi et  s'amuser

un peu dans le ciel beauceron. Je suis encore en pleine formation mais

déjà assez avancé pour qu'on me laisse faire mon vol

tranquille une fois largué.

        Alors une belle journée

en perspective et je fini par décoller, après une couple

de palier je largue autour de 2000' puis je met le cap sur un beau grand

champs de labour (bien sec et poussièreux) comme le veux la théorie

de Louis je me paye une belle grosse dégeulante qui me paraît

plus finir mais je sais qu'il faut la traverser si on veut tenter sa chance

pour un noyaux. Une minute plus tard 1000' plus bas je suis toujours dans

une masse d'air plutot dégeulante et je zig zag au dessus du labour

et bingo! un petit brassage mon aile qui se durcit et  beep........beep.......beeb..beep..beep....beep.......beep

(je me dis que c'est le temps de tourner j'amorce un virage mais trop tard

je sort en même temps) et voilà un belle abaté de mon

aile qui salut la dégeulante en y entrant ( elle sont très

poli ces ailes).

"Ici je dois vous avouer qu'au décollage j'avais déjà

une vrai saloperie de virus de gastro qui mijotait en moi et générait

un peu d'activité thermique interne ce qui m'a fait hésiter

un peu mais enfin le terrain est génial et les conditions aussi

et le train passe pas souvent alors c'est parti."

Maintenant je reprend un virage (180° environ) et voila que ce petit

brassage a réveillé l'autre thermique interne et j'en suis

à me demander si je vais dégeuler,  " .... ", ou visser,

mais pendant que j'y réfléchit pouf ! et encore dedans et

voila qu'une bulle me remonte à la bouche et que je crois que j'ai

réussi à dégeuler un peu juste avant de rencontrer

de nouveau l'autre dégeulante. A ce moment cela devient clair pour

moi que je n'ai plus les ressources pour affronter la bête et mon

meilleur choix c'est de serrer bien fort les fesses et de foutre le camp

attérir avant que le volcan ne fasse éruption. Je traverse

la même grande dégeulante qui m'avait amené la (Le

champs voisin du labour) et viens me poser dans un champ voisin du terrain

de décollage. Grâce au ciel le Bi est en train de décoller

et l'attention des curieux est rivé dessus. J'ai personne qui vient

m'achaler et c'est bien comme ça.

        Alors quand tu me parle de

dégeulante

Louis je sais de quoi tu parles, y doit pas en avoir beaucoup qui ont réussi

à dégeuler tout autour et même dans le noyau d'un thermique.

Le plus frustrant c'est que c'était ma première rencontre

tant convoité et cherché. Je crois que j'y ai rêvé

deux semaines mais j'ai fini par me consoler dans l'été quand

j'ai recroiser la bête  pour un gain d'environ 1000'. Voila

les 2 seule rencontre avec la bête où j'ai vraiment senti

ses frontières et son noyau de façon à n'avoir aucun

doute sur son identité.

Alors on peut dire que je suis vraiment un débutant en thermique

et vaut conseils pratique sont toujours bienvenu et profitable à

lire. A ce sujet j'aurais une petite question à poser sur les thermiques.

Peut-être que Thermicator tu as de bon trucs la dessus? Avec l'expérience

des boulets de canons la bas.

      L'été passé je me

suis payé quelques beau vols en montagne où çà

tenait en dynamique et ce que je trouve pas évident dans ces conditions

c'est de discerner le thermique du dynamique. Quand on surfe sur la vague

ascendante si le vent forcit et bien on se met à monter et on pourrait

croire que l'on est en thermique mais si on tourne dedans on monte moins

vent de dos et le sol défile rapidement alors un seul tour et on

a plus de folies à faire si non c'est le risque de passer à

l'arrière de la montagne alors on peut pas tourner assez longtemps

pour être sûre et aussi cela brasse un petit coup de temp à

autre mais ça ne semble pas non plus des cisaillement bien organisé

(en tout cas ceux que j'ai rencontré en montagne).

Ceux qui ont l'expérience de ces conditions peuvent t-il me dire

quelques bons trucs pratiques pour discerner sans équivoque entre

les deux?

Ou bien c'est juste que je n'ai pas rencontré la bête en

montagne encore? ou bien je ne l'ai pas senti vraiment?

Bonne lecture à tous

AilePhoton

 

 

 

 

 

 

Louis Bastarache wrote:

Photon dit: "au nombre de thermiques que je suis

susceptible de rencontrer

la prochaine saison je vais pas m'amuser à changer de sens au

risque de

tout perdre".

Tu pourrais manquer plus de thermiques par manque de trucs (théoriques)

que

par le simple fait de changer de côté dans l'ascendance.

Moi je change

souvent de côté. Je perds peut-être quelques mètres,

mais j'ai du fun en

volant!

Photon dit: "je vais suivre vos conseils et me concentrer sur le centrage".

Attention, je ne pense pas que tu doives trop te concentrer sur le

centrage. Sûrement dans les tous débuts, mais tu vas vite

constater que le

problème n'est pas là.

Il y a quelques années, Casse-croute m'a parlé de gens

qui volaient avec

des kleenex (des vrais!). Selon la légende, il parait que si

tu lâche un

kleenex dans un thermique, il va automatiquement être attiré

et monter au

centre de l'ascendance. Il s'agirait donc simplement de tourner autour

du

tissu pour centrer la bête.

Je me rappelle encore en avoir parlé à Richard Noel pour

avoir son avis

là-dessus. Cinq minutes après -- lorsqu'il a finit par

s'arrêter de rire --

il m'a répondu ceci: "le problème ce n'est pas de centrer

le thermique,

c'est de le trouver". Amen! Et on se donne 2 minutes de silence pour

méditer sur cette pensée profonde...

J'ai souvent entendu dire qu'on n'apprend pas à voler dans les

livres. Moi

je peux te dire que je savais centrer un thermique avant même

d'en avoir

rencontré un!!! Je l'ai appris dans les livres et quand j'ai

rencontré mon

premier thermique, j'ai appliqué bêtement la théorique

et ça a très bien

fonctionné.

C'est sûr qu'on s'améliore avec le temps, mais la principale

différence

maintenant, c'est que je n'ai plus à trop y penser quand je

le centre. Ça

me laisse donc la possibilité de regarder ailleurs en tournant,

tandis

qu'avant je n'aurais pas vu un 747 passer 100 pieds au-dessus tant

j'étais

concentré...

C'est sûr qu'on se demande toujours si on centre le vrai noyau,

mais tant

que ça monte c'est quand même pas pire. Je trouve que

le centrage s'apprend

assez facilement, mais il y a d'autres choses que je trouve plus difficile.

Comme dit Richard: il faut le trouver le thermique (surtout si tu ne

connais pas bien le site). D'ailleurs, même si tu connais le

site, il y a

des jours ou tu vois un débutant aller où il ne devrait

pas et monter en

flèche, pendant que toi tu te fais dégueuler dans la

pompe à couillons!!!

Autre chose que je dois encore apprendre, c'est comment ne pas aller

me

foutre dans la dégueulante et comment en sortir quand je suis

pris dedans.

Si vous avez des conseils là-dessus, je serais acheteur...

El concierge

P.S. En passant, les dégueulantes tournent dans quel sens? Si

je savais je

pourrais peut-être m'en sortir plus vite ;

--------------E94CF17583808D75EE467D65--


Date: 08 mars 1999

De: Yvan Bernard (56)

Sujet: Treuil a quebec (2)

Rassure toi Louis car je suis moi-même un disciple de la broderie à

ficelle.

J'aime bien laisser mes fesses se balloter comme une marionette quand

c'est

Aile qui tire les ficelles.

Une vrai jouissance.

On est pas rascistes pour les sortes d'oiseaux, ou devrais-je

dire de

dinosaures, et en ce qui concerne un bon porteurs d'eau, on est toujours

preneur.

On te tiendra au courant de nos sorties printanière.

A propos lors de votre ménage du printemps, si quelqu'un a un vieux

parasol de

plage à se débarasser et bien s'il rencontre le photon il pourrait se

transformer en un parachute de treuil (pour ramener le câble) et servir

un

jour la cause du vol libre. Quel façon noble de finir sa vie?

J'en ai déjà un qui va bien mais j'aimerais en avoir deux autres:

petit,

moyen et grands pour avoir le choix et optimiser selon les conditions et

le

terrain.

Bons vols à vous tous de la part du Photon

Louis Bastarache wrote:

> > From: CLÉMENT LEGENDRE [mailto:legendre@videotron.ca]

> > Sent: Friday, March 05, 1999 10:56 AM

> >

> > Bienvenu dans la belle région de Québec. Je prévois faire du vol de

> plaine

> > avec Yvan Bernard (Photon) en treuil l'été prochain, l'été passé nous

> avons

> > eu la permission dans des champs de Beauceville et de St-Côme. Si tu

> veux

> > te joindre à nous, nous en serions très content. Nous serions 3 pilotes

> de

> > delta.

>

> Avez-vous quelque chose contre les parapentes? J'aimerais ça faire partie

> de la gang moi aussi... mais pas comme porteur d'eau s.v.p. J'ai un peu

> d'expérience attaché au bout de la cordre, mais pas au commande de la

> machine à roue. Pas grave, après quelques deltas cassés, je deviendrais

> sûrement un bon treuilleur... Appelez-moi, mon numéro est dans

> l'annuaire!!!

>

> El terminator


Date: 08 mars 1999

De: line.turcotte" (73)

Sujet: Un "spagat" ça vous tente! (3)

Salut Robert,

merci de ta réponse! Ce serait probablement lundi le 15 mars. De toute façon

je t'en redonne des nouvelles.

Ciao!

line


Date: 08 mars 1999

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Dynamique ou thermique ? (5)

Aile Photon,

J'ai complis pourquoi les " boulets de canons" de il y a une semaine. =

Le soleil tapait fort (plusieur se sont pris de coups de soleil), il =

faisait chaud, presque pas de vent, mais il y avait une inversion 1000' =

au dessus du decollage. Je visualise donc cette journee comme si l'air =

etait de l'eau qui bouillait fort mais avec un couvercle qui tenait =

toute cette ebulition en basse altitude (moins de 5000'). Je devine =

l'inversion par le fait que les fois ou j'avais gagne 1000' l'air =

devenait beaucoup plus clair (on voyait tres loin).

Pour ta question thermique/dynamique, je ne sait pas combien d'heures de =

vol que tu as, alors je vais assumer que tu a une vingtaines d'heures. =

Je ne vois pas pourquoi tu monterais moins vite vent de dos si tu est =

dans la meme ascendence, a moins que tu ait sorti de l'ascendence a ce =

moment. Les ascendences en conditions dynamiques vont varier selon les =

thermique qui passent a travers. L'ascendence devient comme le resultat =

d'une recette avec des ingredients de thermique et dynamique en diverses =

proportions selon le cycle du thermique. Je ne sait pas si ca t'aide =

ca.

Tu va meme avoir des conditions ou il y a une bonne base de vent (20+ =

km/h) et un thermique fort dans lequel tu va monter, ne te fera pas trop =

deriver. Par contre ce thermique fort va faire obstacle au vent et va =

donner des turbulences derriere lui. Au sommet de ce thermique tu va te =

mettre a deriver plus.

Mais si tu te demande si tu est dans un thermique ou un dynamique (et =

qu'il y a une bonne base de vent), c'est probablement principalement du =

dynamique. Du thermique ca se demarque normalement beaucoup plus que =

ca. Mais attention a la derive, comme tu l'a mentionne, on doit assurer =

le retour en avant du decollage, a moins que l'on se soit decide a =

partir en X-C. Eh puis avec le dynamique seul, tu n'arrivera pas a =

depasser le double de la hauteur de la colline/montagne qui le genere. =

Si tu monte plus que ca et que la zone d'ascendence est petite, bravo tu =

monte dans du thermique.

Jerome

-----Original Message-----

From: Yvan Bernard [SMTP:yvanb@GLOBETROTTER.QC.CA]

Sent: Monday, March 08, 1999 9:57 AM

To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

Subject: Re: Sens de la bulle !?

Peut-être que Thermicator tu as de bon trucs la dessus? Avec

l'expérience des boulets de canons la bas.

L'été passé je me suis payé quelques beau vols en montagne =

où çà

tenait en dynamique et ce que je trouve pas évident dans ces =

conditions

c'est de discerner le thermique du dynamique. Quand on surfe sur la

vague ascendante si le vent forcit et bien on se met à monter et on

pourrait croire que l'on est en thermique mais si on tourne dedans on

monte moins vent de dos et le sol défile rapidement alors un seul tour

et on a plus de folies à faire si non c'est le risque de passer à

l'arrière de la montagne alors on peut pas tourner assez longtemps =

pour

être s=FBre et aussi cela brasse un petit coup de temp à autre mais =

ça ne

semble pas non plus des cisaillement bien organisé (en tout cas ceux =

que

j'ai rencontré en montagne).

Ceux qui ont l'expérience de ces conditions peuvent t-il me dire

quelques bons trucs pratiques pour discerner sans équivoque entre les

deux?

Ou bien c'est juste que je n'ai pas rencontré la bête en montagne

encore? ou bien je ne l'ai pas senti vraiment?

Bonne lecture à tous

AilePhoton


Front de Libération aérienne du Québec