1999-07-08

Discussions de vol libre au Québec

1 juin 1997 au 20 août 2000

Archivées par le Front de Libération aérienne du Québec


<-Message précédent       Consultation par date, auteur ou sujet       Message suivant->

Date: 08 juillet 1999

De: bc (14)

Sujet: Icaristics - spins and spirals (8)

Au contraire.

L'editeur du "Parapente mag" espagnol s'est tué comme ça il ya deux

ans. Black out, aile stabilisée en 360 engagés jusqu'au sol.

Ciao

Bruno

Louis Bastarache wrote:

>

>

> Note: C'est pas la première fois que j'entends ça,

> mais je demeure un peu sceptique sur le

> danger réel du black out.

>


Date: 08 juillet 1999

De: François_Véronneau (28)

Sujet: Plafond d'inversion - prise ii (4)

André,

Ce n'est peut-être pas une question d'expérience (je demeure prudent comme

tu vois...) mais plutôt d'heure à laquelle nos vols respectifs se sont

déroulés. C'est possible que l'inversion se soit installée après que j'aie

quitté la montagne, à quelle heure c'était ton problême avec la pompe et le

plafond?

En passant, le lieu du larguage en vol remorqué est aussi important. Je

me suis fait amener entre la 112 et les pits de sable, là où la pompe lève,

bien sur!

J'ai décollé l'un des premiers de la gang, vers 1:30, m'ont suivi Normand

Michaud qui a fait un plouc à Ste-Cécile de Milton (pauv toé mon toé),

Normand Cataford a ensuite lutté comme un démon en me disant qu"il avait

fait un mauvais choix en allant à la montagne, l'ascendance était de

beaucoup supérieure dans le triangle à pompe qui se défini par la route

112, les pits de sable et le village de St-Paul. C'est d'ailleurs là qu'il

s'est repompé le Normand, et jusqu'au nuage lui aussi à 3,900-4000. On

pourrait appeler cet endroit la pompe de service du triangle de sable, ça

chauffe là mon ami!

Un des problêmes que je vois, c'est que quand moi aussi je vole à la

montagne, je me sens captif d'elle et c'est souvent le cas, elle nous

attire, elle nous hypnotise cette belle là! C'est souvent en avant que

cela se passe, ou sur le côté quand le vent est sud, ou au dessus de chez

Richard Leduc quand c'est nord, etc... Le remorqué, cela m'a appris qu'il

faut aller explorer, bien sur à la limite de l'altitude que l'on a, mais

cette formule-là est souvent gagnante, surtout à Yamaska où la pompe se

forme dans la plaine environnante.

André, il faut te convaincre (même si c'est pas toujours évident, c'est une

question d'auto-hypnose et de fierté mal placée) que le plafond, c'est une

formalité dont il faut absolument s'acquitter à tout pris. Ensuite,

l'important, c'est de se fixer un plan de vol qui te donnes un challenge

nouveau, au point de vue de l'exploration des alentours, même si ce n'est

que d'aller virer au dessus du pit de sable. Tu peux toujours de toute

manière, si tu pognes rien, atterrir «à la corde», on ira te reconduire

chez Philippe sans faute. En adoptant cette attitude, tu verras que

souvent, ça marche, que souvent la pompe elle n'est pas nécessairement à la

montagne mais autour. C'est certain que parfois elle y vient, tant mieux!

Mais arrêtons de l'attendre dans le tapon, allons la chercher là où elle

est. On peut faire du cross local, qui est souvent parfois encore plus

exigeant que le cross de distance. Quand les conditions sont moins bonnes,

St-Césaire, vent de face, c'est loin!

Bon, je pourrais encore parler comme un con, mais faut que j'y

aille...canal de Lachine de mes amours...Yark! Plus j'écris et plus je

veux écrire, arrêtez-moi! Mais ne m'assassinez pas surtout, je ne connais

pas tout, moi je suis pour le naturel et la conversation, laissez venir le

naturel et chassez ces théories qui nous limitent...plafonds, inversions,

Ste-Cécile, le blues, etc... Vive le jazz et l'anarchie, mais avec de la

discipline. Tournez dans le bon sens gang de...

Ciao!


Date: 08 juillet 1999

De: François_Véronneau (28)

Sujet: Plafond d'inversion - prise ii (4)

André,

En passant, comme tu peux le voir, comme tout grand sophiste accompli, je

ne

répond pas à tes questions. Yé là le secret! Moi je n'ai jamais cherché à

comprendre, si ça monte plus, eh ben...

Ciao!


Date: 08 juillet 1999

De: Louis Bastarache (234)

Sujet: Icaristics - spins and spirals (8)

> > Louis Bastarache wrote:

> >

> > Note: C'est pas la première fois que j'entends ça,

> > mais je demeure un peu sceptique sur le

> > danger réel du black out.

>

> BC wrote:

>

> Au contraire.

>

> L'editeur du "Parapente mag" espagnol s'est tué comme ça il ya deux

> ans. Black out, aile stabilisée en 360 engagés jusqu'au sol.

Si je doute du danger "réel" de black out, c'est pour une raison bien

simple: je crois que je suis prédisposé à ça! Je fais de la basse pression

(un hobby comme un autre) et il suffit parfois que je me lève trop vite

pour perdre la carte. (Ça m'arrive aussi quand j'écoute les politiciens,

mais ça c'est un autre histoire...)

J'ai pourtant spiralé pendant 700 mètres, mettons à une vitesse de descente

de -20 m/s, ça donne 36 secondes de moulinette et aucune sensation de

brouillard noir. Je me trompe peut-être, mais j'en conclus que les gens

"normaux" ne devraient pas paniquer avec ça, surtout dans une phase de vol

où ce n'est pas le temps de le faire...

Je suis sûr que si on parle de black out, c'est parce qu'il y a

effectivement eu des cas. Mais est-ce un cas de black out pour une centaine

de 360 engagés et maintenus, ou bien est-ce huit cas sur dix après dix

tours dans l'essoreuse?

Ça fait une différence d'un point de vue sécurité. La différence c'est soit

(1) se donner quelques secondes (tours) pour sortir de la spirale, sinon

jetter le parachute avant le black out, ou (2) prendre le temps (altitude)

dont on dispose pour sortir de la spirale, et ne jetter le parachute qu'en

dernier recours.

J'aimerais bien savoir ce qu'on recommande dans les SIVs? Ça serait le fun

aussi de savoir ce que René Marion en pense? Allez frenchy, ton public te

réclame :


Date: 08 juillet 1999

De: DucK KcuD (110)

Sujet: Vols sauvages (4)

N'en déplaisent aux caïds et princes de l'air, aux xénobionthes souples ou rigides, aux exaltés de l'aile insatiable, aux radicaux libres prisonniers de leurs pulsions rageuses, et aux distraits de l'impilotage impoli, je leur dédie une dernière réflexion sur mes chicotements concernant la sécurité en vol liiiiiibre au Québec :

http://www.minfo.net/FLaQ/sauvage.htm

Tout commentaire positif ou négatif, privé ou public, est bienvenu de préférence verbal, écrit, chuchoté mais pas crié ou frappé. Pas besoin d'être d'accord pour réfléchir, discuter et partager.

Bons vols !

DucK KcuD


Date: 08 juillet 1999

De: COLIN Steve (10)

Sujet: Icaristics - spins and spirals (8)

Les 360 doivent être utilisés avec parcimonie.

Le but étant de voler non pas de chuter (-20 t'es sûr? t'y à pas mis un coup

de radio à ton vario?)

Ils ne doivent normalement servir qu'à se sortie de l'aspiration d'une

grosse bête à base noire.

Si non c'est plus du parapente mais de l'acros dès lors... du moins sur le

très très vieux continent (non non le comique pas incontinent ont est vieux

mais quand même) y a des mecs qui utilisent 2 secours tu peux toujours

essayer.

En plus ca vieilli le matos artificiellement

(Au fait ca fait pas longtemps que j'échange sur votre liste donc je sais

pas si vous connaissez déjà cette super adresse méga intéressante sur les

tests des voiles

www.dhv.de <http://www.dhv.de> "Deutschland Ubber Alles" , mais en vol

souvent en dessous de moi :-) (les résultats des tests sont disponible en

français aussi)

A+ et bon Vols

Steve

-----Original Message-----

From: Louis Bastarache [SMTP:louis.bastarache@ift.ulaval.ca]

Sent: jeudi 8 juillet 1999 16:55

To: VOL-LIBRE@listes.ulaval.ca

Subject: Re: Icaristics - Spins and Spirals

> > Louis Bastarache wrote:

> >

> > Note: C'est pas la première fois que j'entends ça,

> > mais je demeure un peu sceptique sur le

> > danger réel du black out.

>

> BC wrote:

>

> Au contraire.

>

> L'editeur du "Parapente mag" espagnol s'est tué comme ça il ya

deux

> ans. Black out, aile stabilisée en 360 engagés jusqu'au sol.

Si je doute du danger "réel" de black out, c'est pour une raison

bien

simple: je crois que je suis prédisposé à ça! Je fais de la basse

pression

(un hobby comme un autre) et il suffit parfois que je me lève trop

vite

pour perdre la carte. (Ça m'arrive aussi quand j'écoute les

politiciens,

mais ça c'est un autre histoire...)

J'ai pourtant spiralé pendant 700 mètres, mettons à une vitesse de

descente

de -20 m/s, ça donne 36 secondes de moulinette et aucune sensation

de

brouillard noir. Je me trompe peut-être, mais j'en conclus que les

gens

"normaux" ne devraient pas paniquer avec ça, surtout dans une phase

de vol

où ce n'est pas le temps de le faire...

Je suis sûr que si on parle de black out, c'est parce qu'il y a

effectivement eu des cas. Mais est-ce un cas de black out pour une

centaine

de 360 engagés et maintenus, ou bien est-ce huit cas sur dix après

dix

tours dans l'essoreuse?

Ça fait une différence d'un point de vue sécurité. La différence

c'est soit

(1) se donner quelques secondes (tours) pour sortir de la spirale,

sinon

jetter le parachute avant le black out, ou (2) prendre le temps

(altitude)

dont on dispose pour sortir de la spirale, et ne jetter le parachute

qu'en

dernier recours.

J'aimerais bien savoir ce qu'on recommande dans les SIVs? Ça serait

le fun

aussi de savoir ce que René Marion en pense? Allez frenchy, ton

public te

réclame :


Date: 08 juillet 1999

De: DucK KcuD (110)

Sujet: Icaristics - spins and spirals (8)

Don Luis de la moulinetta écrivais :

> J'ai pourtant spiralé pendant 700 mètres, mettons à une vitesse de descente

> de -20 m/s, ça donne 36 secondes de moulinette et aucune sensation de

> brouillard noir. Je me trompe peut-être, mais j'en conclus que les gens

> "normaux" ne devraient pas paniquer avec ça, surtout dans une phase de vol

> où ce n'est pas le temps de le faire...

Comment peux-tu être sûr que tu n'as pas brouillardé ? Et peut-être rêvé le reste ? Rêve-t-on dans le brouilard ? Le propre d'un "black out" est de ne pas s'en souvenir en plus d'être inconscient à son environnement et de baisser les bras ( un peu un remède dans ce cas ). Il semble donc que l'adrénaline puisse bien contrer les G de l'essoreuse puisqu'il ne te semble pas avoir perçu de faille dans le déroulement de ton aventure. L'effroi peut aussi provoquer l'évanouissement. Mais ce n'est pas ton genre puisque tu peux écouter du Ginett-Reno sans sourciller.

Bref, je crois que l'hypotension dû à la surcharge d'accélération est une menace réelle. Le tournis, lui-même, peut dangeureusement désorienter, et persister bien après la stabilisation de l'appareil. Ainsi, après la récupération d'une assiette normale de l'aile, le pilote rejette la sienne et ait difficulté de garder le cap. Tous ces monstres intérieurs sont heureusement et généralement passagers ( clandestins ). C'est pour cela que je n'accoste pas les ports trop louches de l'improvisation de manoeuvres extrêmes dans des conditions extrêmes.

En plus d'un parachute, tu peux songer t'équiper d'une combinaison pressurisée de pilote de chasse. Songé...

DucK KcuD


Date: 08 juillet 1999

De: Guy Bastarache (90)

Sujet: Icaristics - spins and spirals (8)

Que d'aventure!!!!! Comme je te connais, l'conciege, ça me surprend qu'après

un seul tour tu n'aies pas perdu connaissance. La vue d'un brocoli suffit à

te faire faire ta basse pression.

Peut-être que si tu n'as pas eu de black out dû à ta p'tite spirale de rien

du tout, c'est peut-être pcq tu étais haut (la catch-tu??? Pas de basse

pression quand on est haut).

Quoiqu'il en soit, de façon plus sérieuse, connaissant très bien le

concierge, je ne crois qu'il aurait déployé le parachute, même s'il en avait

eu un, avant l'ultime seconde. Il est de nature plus que calme et je ne

crois pas que le mot "panique" face partie de son vocabulaire. D'ailleur,

c'est peut-être le plus dangereux de ses côtés. Sans qu'il soit dangereux

pour lui-même ou pour les autre son calme, maintenant reconnu de façon

international, pourrait bien devenir l'instrument de son malheur.

Voilà, j'ai parlé!

Un membre de la conciergerie!

P.S: Duck, malgré mon long silence, et ne voulant surtout pas repartir le

débat, j'attend toujours ton invitation pour déguster une bonne "Sapinière"

de ton "alambique"!

-----Message d'origine-----

De: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]De la part de

DucK KcuD

Date: 8 juillet, 1999 12:11

À: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

Objet: Icaristics - Spins and Spirals

Don Luis de la moulinetta écrivais :

> J'ai pourtant spiralé pendant 700 mètres, mettons à une vitesse de

descente

> de -20 m/s, ça donne 36 secondes de moulinette et aucune sensation de

> brouillard noir. Je me trompe peut-être, mais j'en conclus que les gens

> "normaux" ne devraient pas paniquer avec ça, surtout dans une phase de

vol

> où ce n'est pas le temps de le faire...

Comment peux-tu être sûr que tu n'as pas brouillardé ? Et peut-être

rêvé le reste ? Rêve-t-on dans le brouilard ? Le propre d'un "black out" est

de ne pas s'en souvenir en plus d'être inconscient à son environnement et de

baisser les bras ( un peu un remède dans ce cas ). Il semble donc que

l'adrénaline puisse bien contrer les G de l'essoreuse puisqu'il ne te semble

pas avoir perçu de faille dans le déroulement de ton aventure. L'effroi peut

aussi provoquer l'évanouissement. Mais ce n'est pas ton genre puisque tu

peux écouter du Ginett-Reno sans sourciller.

Bref, je crois que l'hypotension dû à la surcharge d'accélération

est une menace réelle. Le tournis, lui-même, peut dangeureusement

désorienter, et persister bien après la stabilisation de l'appareil. Ainsi,

après la récupération d'une assiette normale de l'aile, le pilote rejette la

sienne et ait difficulté de garder le cap. Tous ces monstres intérieurs sont

heureusement et généralement passagers ( clandestins ). C'est pour cela que

je n'accoste pas les ports trop louches de l'improvisation de manoeuvres

extrêmes dans des conditions extrêmes.

En plus d'un parachute, tu peux songer t'équiper d'une combinaison

pressurisée de pilote de chasse. Songé...

DucK KcuD


Date: 08 juillet 1999

De: Jacques Fontaine (67)

Sujet: Vols sauvages (4)

--------------7612B19A93343281EB2BC0AD

Type: text/plain; charset=iso-8859-1

Content-Transfer-Encoding: quoted-printable

Merci Duck de si bien décrire une des situations graves que des scouts =

de mon espèce inspirés par une vision de développement à long ter=

me du vol libre avons tenté sans succès de dénoncer à répét=

ition durant des années jusqu'à se faire insulter et presque exclur=

e au point où nous n'osons plus rien dire aujourd'hui.

(tsé man cé bin plu tripant d'voler free pis cé moin compliqué=

té trop staight ; tripe don à place de m'achaller avec té histo=

ires , y nous voyille même pas su l'radar).

En passant, le programme Canadien de cours de pilotage d'avions met beauc=

oup d'emphase sur les figures que sont la vrille et la spirale. On expliq=

ue en théorie et on expérimente en pratique chacune de ces figures. D=

epuis le premier juillet 99, la vrille a cependant été retirée du t=

est en vol . Même si la vrille est plus impressionnante, la

spirale est beaucoup plus insidieuse.

=

Un Scout

DucK KcuD a écrit:

> N'en déplaisent aux ca=EFds et princes de l'air, aux xénobi=

onthes souples ou rigides, aux exaltés de l'aile insatiable, aux radica=

ux libres prisonniers de leurs pulsions rageuses, et aux distraits de l'i=

mpilotage impoli, je leur dédie une dernière réflexion sur mes chic=

otements concernant la sécurité en vol liiiiiibre au Québec :

>

> http://www.minfo.net/FLaQ/sauvage.htm

>

> Tout commentaire positif ou négatif, privé ou public, est b=

ienvenu de préférence verbal, écrit, chuchoté mais pas crié ou =

frappé. Pas besoin d'être d'accord pour réfléchir, discuter et pa=

rtager.

>

> Bons vols !

>

> DucK KcuD

--------------7612B19A93343281EB2BC0AD

Type: text/html; charset=us-ascii

Content-Transfer-Encoding: 7bit

Merci Duck de si bien décrire une des situations graves que

des scouts de mon espèce inspirés par une vision de développement

à long terme du vol libre avons  tenté  sans succès

de dénoncer à répétition durant des années 

jusqu'à se faire  insulter et presque exclure au point où

nous n'osons plus rien dire aujourd'hui.

(tsé man  cé  bin plu tripant d'voler free 

pis cé moin compliqué. té trop staight ; tripe don

à place de m'achaller avec té histoires , y nous voyille

même pas su l'radar).

En passant, le programme Canadien de cours de pilotage d'avions met

beaucoup d'emphase sur les figures que sont la vrille et la spirale. On

explique en théorie et on expérimente en pratique chacune

de ces figures. Depuis le premier juillet 99, la vrille a cependant été

retirée du test en vol . Même si la vrille est plus impressionnante,

la spirale est beaucoup plus insidieuse.

                                                                           

Un Scout

DucK KcuD a écrit:

        N'en déplaisent

aux caïds et princes de l'air, aux xénobionthes souples ou

rigides, aux exaltés de l'aile insatiable, aux radicaux libres prisonniers

de leurs pulsions rageuses, et aux distraits de l'impilotage impoli, je

leur dédie une dernière réflexion sur mes chicotements

concernant la sécurité en vol liiiiiibre au Québec

:

        http://www.minfo.net/FLaQ/sauvage.htm">http://www.minfo.net/FLaQ/sauvage.htm

        Tout commentaire positif

ou négatif, privé ou public, est bienvenu de préférence

verbal, écrit, chuchoté mais pas crié ou frappé.

Pas besoin d'être d'accord pour réfléchir, discuter

et partager.

        Bons vols !

DucK KcuD

 

--------------7612B19A93343281EB2BC0AD--


Front de Libération aérienne du Québec