Présentation de Martin EDZODZOMO-ELA

 

Né au village d’Ewong, dans la province du Woleu-Ntem, à l’extrême nord du Gabon, Martin Edzodzomo-Ela est formé à l’école française des missionnaires protestants.

 

Il obtient successivement le Certificat d’Etudes à Mfoul (Oyem), le Brevet élémentaire à Andendé (Lambaréné), les deux parties du Baccalauréat Philosophie (Libreville), suivi d’une année Maths Elem.  Puis il part aux États-Unis pour des études supérieures en Sciences Économiques, couronnées par un Ph.D. Economics (Doctorat en Sciences Économiques) et complétées par une formation pratique bancaire à New York et en Suède, à Stockholm.

 

De retour au Gabon, il est nommé Directeur de la banque Paribas Gabon à Libreville, poste qu’il occupe de 1975 à 1979 et qu’il est poussé à quitter pour refus systématique de collaboration avec le système en place.  Ce qui lui vaut de vivre une dure existence et de connaître les affres du chômage jusqu’en 1983, date à laquelle il est nommé Directeur Général Adjoint de la Société Hotel Dialogue, du Groupe Accor. De nouveau, en 1986, il est contraint à démissionner du Groupe Accor, sur décision prise en conseil des ministres, pour avoir débusqué le système de corruption dans la gestion des hôtels Accor, et affecté à une fonction fictive, jamais occupée, à l’Hypermarché de Mbolo.

 

Depuis ce jour, Martin Edzodzomo-Ela connaît les dures réalités de la vie de « Makaya  », celle des pauvres et des « va-nu-pieds », dont il se veut le candidat lorsqu’il se présente aux élections présidentielles de décembre 1998.

 

Sur le plan politique, il ne se réclame d’aucun parti politique, et se veut libre de tout groupe partisan, fondant sa philosophie politique sur les valeurs de l’Évangile.  Sa prestation lors de sa campagne présidentielle a été unanimement saluée comme une des meilleures, comme en atteste un article de la presse locale déclarant à cette occasion : « Sans verser dans la démagogie, si facile en ces temps de campagne, cet économiste protestant enraciné dans la culture Fang, a séduit par le sérieux de ses propositions qui placent l’homme au centre de l’entreprise du développement. »

 

 

Texte de : Mvogo Amougou Elisabeth.


Retour à la page d'accueil
Retour aux autres textes
1