Qwerz ar mengleuz
(Gilles Servat)
(paroles de ???)


Ur gwall zarvoud ur gwall zarvoud
Barzh ar mengleuz ur gwall zarvoud
Dindan ar glaou tud zo chomet
D'ho skoazellan tud all zo aet

Ha krog int da doullan diouzhtu
Da doullan e barzh an toull du
Kamaraded hastit buhan
Aman en eus kavet unan

Kavet unan a vew a boan
Ne lakfe ket gant e alan
Foeennig war ur melezour
Deuit oll deuit d'am sikour

En tenvalijenn e vewe
Ha barz a bignerez iwe
Paz eo er goulou erruet
Ar mengleuzier a zo marwet

Kriz vije 'r galon na ouelje
War an dachenn neb a vije
Welet an dud yaouank ha kozh
O chom didrouz hag o c'hortoz

An intanvez a lavare
E ti'r mengleuz paz errue
Ma gwas zo marwet en toull don
Deuet on ewid ma pansion

Ho kwas ne oa ket en goueled
Med war c'horre paz eo marwet
Pansion a bez n'ho po ket
An hanterenn ne laran ket

Aotrou person aotrou person
An arched se zo un eston
Ema 'baoe kazi ur mis
E barzh chantele an ilis

Poent bras eo deoc'h d'e interrin
N'eo ket mad 'wid ar gompagni
Ne rin ket ma labour person
Ma vez ket roet pansion

Daou dra breinus a zo aman
Ho kalon ha korf an den-man
Paz eo klewed c'hwez an arched
C'hwez hoc'h ene a zo klewed

An intanvez a lavare
E ti 'r mengleus paz errue
Ma gwaz zo marwet en toull don
Deuet on da glask ma pansion

Me ro deo'ch toud ar pansion
Kit buhan larout d'ar person
E c'hell interrin ho pried
An direksion deus pleget.

Traduction française:

La complainte de la mine

Un accident un accident
Au fond d'la mine un accident
Sous la houille des gens sont restés
Des sauveteurs y sont allés.

Aussitôt qu'ils sont arrivés
Dans le noir se mett'nt à creuser
Camarades hâtez-vous bien
Ici j'en ai découvert un

Découvert un qui vit à peine
Ne ferait avec son haleine
Sur un miroir un peu de buée
Venez tous venez donc m'aider

Dans le noir il n'était pas mort
Dans l'ascenseur vivait encore
Mais quand au jour il arriva
Alors le mineur décéda

Dur le coeur qui n'aurait pleuré
Qui sur la place n'aurait été
En voyant les gens réunis
Qui attendaient sans faire de bruit

Voici ce que la veuve a dit
Dans les bureaux d'la compagnie
Mon homme est décédé au fond
Je suis venue pour ma pension

Votre homme c'est en haut qu'il mourut
Au fond du puits ne s'trouvait plus
Pension entière vous n'aurez pas
Demi pension je ne dis pas

Monsieur l'curé monsieur l'curé
Par ce cercueil suis étonné
Depuis bientôt un mois passé
Dans l'coeur de l'église est resté

Il est temps qu'il soit ensev'li
Ça fait du tort à la compagnie
Je n'f'rai pas mon métier d'curé
Si la pension n'est pas donnée

Deux choses pourries sont ici
Ce corps et votre coeur aussi
Quand l'odeur du cercueil on sent
Celle de votre âme y est dedans

Voici ce que la veuve a dit
Dans les bureaux d'la compagnie
Mon homme est décédé au fond
Je viens pour chercher ma pension

La pension entière vous l'aurez
Allez vite dire au curé
Votre époux il peux l'enterrer
La direction a reculé.


Merci à Popol pour ce texte.
Retour aux textes de Gilles Servat.
Retour sur la page des chansons classées par titre.
1