L'analyse

L'analyse


        Ce poème a été écrit par Marceline Desbordes-Valmore. Il y a la voix d'une femme qui parle amoureusement et désolé à son amour. Le poème est divisé en trois tercets, et a écrit en Alexandrin. La poète n'utilise pas beaucoup d'outlits, mais elle utilise la rime embrassée. Le modèle qu'elle suit est AAB / CCB / DDB, rend la lecture du poème consistent et pas ennuyeux. La rime A (roses, closes), B (contenir, revenir, souvenir), et D (enflammée, embaumée) sont riches. C (envolées, allées) est suffisante. Elle aussi utilise des métaphores et similies. Par exemple, “La vague en a paru rouge et comme enflammée”. Ces similies évoque la vue, et les autres mots appellent l’odorat. La majorité des ces mots sont des noms et des verbes; elle n’utilise pas beaucoup d’adverbes ou d’adjectifs. Les noms et les verbes qu'elle a choisis sont éclatants, mais un peu abstrait. Par exemple, elle n'utilise pas le défenition exacte de "noeuds" et ca crée une image différente. La syntaxe est normale, et les temps verbaux aussi. Elle utilise le passé composé pour les prémier sept vers, et le présent après. Marceline Desbordes-Valmore crée une image d’amour, et des images jolies.

Retourner

1