Howard Buten

Le coeur sous le rouleau compresseur

..."S'il te plaît ne me quitte plus jamais, parce que quand tu n'es pas là il me manque un morceau de moi-même et je n'ai nulle part où aller où je ne sois pas en morceaux"... ..."Ce que l'on est capable de supporter en conséquence de ses propres choix ne cessera jamais de m'étonner!"... ..."Ma souffrance était viscérale. Il s'agit d'un sentiment de deuil, qui entraîne de véritables douleurs physiques dans la poitrine. On se réveille le matin, il fait beau, on sourit béatement à la lumière du soleil et l'on se rappelle tout d'un coup que quelque chose est mort en soi - tout devient gris, tout reste gris"....

1