turna aa pàggina prinçipâ

A stôia d'u munegascu: tantíscime analugîe cuâ stôia d'u zeneize e d'a ciy parte d'e léngue regiunâle italiann-e aprœvu à scentâ, cuâ diferensa fundamentâle che nu ghe saiâ pe tytte 'n stydiûzu d'u callibru d'u Raymond Arveiller ch'u fass'à tenpu à tramandâne, quantemênu, 'na descrisiun fedêle.

Raymond Arveiller

ÉTUDE
SUR LE PARLER
DE MONACO


COMITÉ NATIONAL DES TRADITIONS MONÉGASQUES © 1967
Raymond Arveiller

STYDDIU
INSCIAA PARLAA
DE MUNNEGU


COMITÂTU NASIUNÂ D'E TRADISYIN MUNEGASCHE © 1967
FRA
PRÉFACE
Nous donnerons d’abord le tableau le plus fidèle et le plus complet possible du patois monégasque, tel que son état de délabrement permettait encore de le recueillir entre 1943 et 1954 (1).

Nous essayerons ensuite de déterminer les caractéristiques de ce parler, des points de vue du lexique et de la phonétique (2), par rapport aux parlers du Comté de Nice et de la Ligurie. Nous nous fonderons sur cette double étude pour émettre enfin une hypothèse sur le peuplement originaire de la forteresse des Grimaldi.

Ce travail a été dirigé par M. P. Fouché, Professeur à la Sorbonne, qui a suivi nos efforts depuis 1946 et nous a guidé avec une inlassable bienveillance. Qu’il veuille bien trouver ici l’expression de notre vive reconnaissance.
Paris, 1961.
ZEN
PREFASIUN
Pe primma côsa daiêmu u quaddru ciy fedêle e cunplêtu puscibbile d'u dialettu munegascu, pe quellu che u so stætu de dezándiu u permeteiva ancun d'arecœggilu tra u 1943 e u 1954 (1)

Dapœ çerchiêmu de determinâ e caraterístiche de sta parlaa, dai punti de vista d'u léscicu e d'a funettica (2), in raportu æ parlæ d'a Cuntêa de Nissa e d'a Ligyrria.
Aa fin se fundiêmu 'nsce sti duî styddi pe furmylâ 'n'ipottexi 'nsciuu pupulamentu ôriginâiu d'a furtessa d'i Grimâdi.

Stu travaggiu u l'é stætu dirèttu dou Sciû P. Fouché, Prufesû aa Surbunn-a, ch'u l'é stætu aprœvu ai nostri sforsci dou 1946 in sa e u n'ha guidòu cu-inn-a instancabbile benevulensa. Ghe ne semmu vivamente ricunuscenti.
Pariggi, 1961.
(1)Travail indépendant du Dictionnaire monégasque de M. l’abbé Frolla, prêt pour la publication (1961).
(2)Il est trop tard pour étudier la syntaxe de façon systématique. On trouvera cependant dans notre vocabulaire quelques tournures caractéristiques.
(1) Travaggiu indipendente dou "Disiunâiu Munegascu" de l'abòu Frolla, pruntu à êse pybricòu (1961).
(2) L'é troppu tardi pe stydiâ a sintàsci de mainêa scistemattica. Ninte de mênu int'u nostru vucabulâiu ghe saiâ dôtrâe cunstrysyin scintattiche caraterístiche.
INTRODUCTION GÉNÉRALE
§ 1 - Nommé le 22 novembre 1940 professeur au lycée de Monaco, où nous devions enseigner la grammaire jusqu’en juillet 1946, nous fumes vite frappé par le patois parlé en Principauté. Les très nombreuses semi-occlusives et fricatives palatales lui donnent en effet un aspect auditif caractéristique, différent de celui des parlers voisins de Nice, La Turbie, Roquebrune et Menton. Trois de nos collègues, MM. P., P. et F., respectivement originaires d’Aix, de Draguignan et de Grasse, nous apprirent que, s’il leur était aisé de s’entretenir en provençal avec des Niçois ou des Turbiasques et assez facile de converser avec des Mentonais, malgré quelques difficultés de vocabulaire, ils ne comprenaient «pas un mot» au monégasque, «parler apparenté au génois» (1).
De rapides recherches nous montrèrent qu’on n’avait jamais étudié de façon complète le parler de la Principauté. Décidé à le faire et désireux de noter le patois tel qu’on l‘entendait parler dans la rue et au marché, nous commençâmes en 1942 une enquête préliminaire: nous interrogeâmes certains de nos élèves de nationalité monégasque, ainsi que leurs parents, en vue de nous faire une idée sur l’état présent du patois. Nous recueillîmes des renseignements et des matériaux d’une diversité telle que nous conclûmes à la non-existence d’un «patois monégasque», si l’on voulait s’en tenir au langage utilisé par la plupart des habitants de la Principauté. Notre élève le jeune J. P., par exemple, nous répondait souvent lorsque nous lui demandions de traduire une courte phrase: «Quand je parle à maman, je dis ainsi... Quand je parlé a papa, ainsi... Quand je joue avec des camarades qui parlent patois, je dis plutôt...» et de nous fournir trois traductions différentes.
Le fait est là : on utilise actuellement en Principauté, quand on s’exprime en «patois», un mélange non unifié de monégasque proprement dit, de parlers de la Riviera italienne — c’est le fonds le plus important, qui lui donne les caractéristiques acoustiques signalées —, de niçois, de corse, de piémontais et de français souvent à peine patoisé. Chacun peut, sans grande gêne, modifier quelque peu son langage selon la personne à laquelle il s’adresse. Nous voudrions insister sur le fait que ce «parler des rues», comme disent avec mépris les vieilles gens du Rocher, est composite et peu fixé. Ce n’est pas l’ancien patois évolué, enrichi par quelques emprunts. Il y a eu, dans l’histoire du patois monégasque, une cassure nette, et mortelle, qui s’explique par l’histoire récente de la Principauté.
INTRUDYSIUN GENERÂLE
§ 1 - Numinòu u 22 nuvenbre 1940 prufesû ou licêu de Munnegu, dunde duvéivimu mustrâ a gramattica scin ou lyggiu 1946, semmu stæti fîtu curpîi dou dialettu parlòu int'u Principâtu. E nymeruxíscime semi-ôclyxîve e fricatîve palatâle ghe dan in aspèttu ouditîvu davéi caraterísticu, diferente da quellu d'e parlæ vexinn-e de Nissa, La Turbie, Roccabrynn-a e Mentun. Tréi nostri culêghi, i Sciuî P., P. e F., originâi rispetivamente de Aix, Draguignan e Grasse, n'han dîtu che, mentre nu gh'àivan prublêmi à discurî in pruvensâ cun d'i Nisardi o d'i Tyrbiaschi e l'êa ciytostu faççile discurî cun d'i Mentunaschi, malgraddu quarche dificultæ de vucabulâiu, in munegascu, "parlaa d'a famiggia d'u zeneize" (1) n'acapîvan "mancu 'na pòula".

D'e rappide riçerche n'han mustròu che nu s'êa mâi stydiòu de mainêa cunplêta a parlaa d'u Principâtu. Decîzu á fâlu e dexidiûzu de pigiâ notta d'u dialettu cuscí cumme u se sentîva parlâ insciaa stradda e 'nsciuu mercòu, int'u 1942 emmu cumensòu 'n inchièsta preliminâre: emmu interugòu dôtréi tra i nostri alêvi de nasiunalitæ munegasca, insemme ai so genituî, pe fâse 'n'idêa 'nsciuu stætu atuâle d'u dialettu. Emmu arecygeitu d'e 'nfurmasyin e d'i materiâli de'na tâ diverscitæ ch'emmu cunclŷzu a nun-existensa de'n "dialettu munegascu", pe quellu che cunçerne a lengua dœviaa daa ciy gran parte d'i abitanti d'u Principâtu. U nostru zuênu alêvu J.P., prezénpiu, suventi, quande ghe dumandâvimu de tradŷe 'na frazetta, u ne rispundeiva: "Quande parlu cun mæ muæ diggu cuscí... quande parlu cun mæ puæ cuscí... quande zœgu cuî mæ cunpàgni che pàrlan dialettu diggu ciytostu..." e u ne dâva træ tradysyin despæge.

U fætu u l'é che, atualmente, int'u Principâtu, quande se parla "dialettu", s'adœvia 'na mescciŷa dezynîa de munegascu prupriamente dîtu, de parlæ d'a Rivêa italiann-a - u l'é u fundu ciy inpurtante ch'u ghe dà e caraterístiche acústiche segnalæ -, de nisardu, de corsu, de piemunteize e de franseize, suvente àpenn-a diâletizòu. Qualunque pœ, sensa guæi genâse, mudificâ 'n pitin u so lenguaggiu à segunda d'a persunn-a cun chi u l'é aprœvu à parlâ. Vuriêscimu insciste 'nsciuu fætu che stu "parlâ da stradda", cumme dîxe cun desprêxu i vêgi d'a Rocca, u l'é eterugennou e asæ variabbile. A nu l'é 'n'evulysiun d'u vêgiu dialettu, inrichîu da dôtréi prèstiti. Int'a stôia d'u dialettu munegascu gh'é stætu 'na rutŷa netta e murtâle, ch'a se spiêga cuâ stôia reçente d'u Principâtu.
(1) Nous refaisions ainsi, sans nous en douter, les expériences de Tourtoulon, RLR (1890), p. 147. (1) Sensa suspetâlu, êmu cuscí aprôevu à ripête i-êsperiense d'u Tourtoulon, RLR (1890), p. 147.
§ 2 - Monaco, village isolé de pêcheurs et de cultivateurs (1), devait se transformer brutalement à partir du 2 avril 1863, date à laquelle le prince Charles III concéda à François Blanc «le privilège d’exploiter les Bains de mer et le Cercle des Etrangers de Monaco.» (2) On sait l’importance que prit très vite le Casino sous une habile direction. L’ordonnance du 1er juin 1866 donna a l’ancien quartier des Spélugues, qui se couvrait de constructions, le nom vite célèbre de Monte-Carlo.

En même temps, la construction des routes et de la voie ferrée provoqua d’abord un afflux d’ingénieurs, d’ouvriers et de commerçants, puis facilita à l’extrême le tourisme et l’immigration. Il faut rappeler que la voie ferrée fut ouverte en 1868, qu’une route joignit la Grande Corniche (achevée en 1812) à La Condamine, puis La Condamine au Rocher (1832), que la Corniche Inférieure fut achevée en 1881 (3). Le chiffre de la population passa de 1200 (1861) à 9108 (1883), 15543 (1903), 22956 (1913) (4).
C’est ainsi que les indigènes furent «comme submergés par l’énorme afflux d’étrangers» (5). Devenus minorité dans leur propre pays, ils préférèrent parler français aux nouveaux venus plutôt que d’entendre ce qui leur paraissait une caricature de leur langage (6). Ils parlèrent également français à leurs enfants - c’était la langue la plus utile - et continuèrent lorsque ces enfants eurent appris un patois barbare de leurs camarades de classe et de jeu, fils d’immigrés pour la plupart (7).
§ 2 - Munnegu, pàize izulòu de pescuéi e de manenti (1), u duveiva transfurmâse de bryttu à partî dou 2 arvî 1863, dæta 'nt'a quæ u prínçipe Carlu III u l'aiva cuncèssu à François Blanc "u privileggiu de sfrytâ i Bàgni de mâ e u Clyb d'i fuêstê de Munnegu." (2) Cunuscemmu l'inpurtansa che ben fîtu ha pigiòu u Cazinò sutta 'n'abbile diresiun. L'ordenansa d'u primmu de zýgnu 1866 a dâva ou vêgiu quartê d'e Spélugues, ch'u l'êa aprœvu à cruvîse de cunstrysyin, u numme, fîtu avuxòu, de Munte-Carlu.
Ou mæximu tenpu a cunstrysiun d'e stradde e a feruvîa a couzâva daprimma 'n aflyssu de 'nzegnê, de louanti e de negusianti, dapœ a façilitâva ou màscimu u turizmu e l'inmigrasiun. Bezœgna aregurdâ ch'a feruvîa a l'é stæta averta 'nt'u 1868, che 'na stradda a l'ha culegòu a Gran Curnîxe (cunpletaa int'u 1812) à La Condamine, dapœ La Condamine aa Rocca (1832), che a Curnîxe Inferiû a l'é stæta cunpletaa int'u 1881 (3). A pupulasiun a pasâva da 1200 (1861) à 9108 (1883), 15543 (1903), 22956 (1913) (4).
L'é cuscí che i-indiggeni sun stæti "cumme sumersci da l'aflyssu strameziòu de fuêstê" (5). Vegnŷi minuransa int'u so proppiu pàize, han preferîu parlâ françeize ai nœvi arivæ, ciytostu che stâ à sentî quella ch'a ghe pàiva 'na caregatŷa d'a so lengua (6). Han parlòu franseize ai so figgi ascí (a l'êa a lengua ciy yttile) e han cuntinuòu quande sti figiœ han inparòu in dialettu bàrbaru dai so cunpàgni de classe e de zœgu, paa ciy parte figgi d'imigræ (7).
(1) La Grande Corniche, achevée en 1812, passait par La Turbie, laissant de côté le littoral monégasque.
(2) Labande, Histoire de la Principauté de Monaco, p. 459.
(3)La Moyenne Corniche ne fut terminée qu’en 1919. Sur ces questions, L. Notari, Mon beau Monaco, p. 13.
(4)Chiffres officiels reproduits par J. Freu, Histoire du Lycée de Monaco, p. 21.
(5)L. Notari, Quelques mots..., p. 3.
(6)Sentiment encore trés net chez nos témoins A, P, F.
(7)«Plutôt que de parler aussi mal le monégasque, parlez-moi français», ordonnait leur père aux témoins I et J.
(1) A Gran Curnîxe, cunpletaa 'nt'u 1812, a pasâva pe La Turbie, lasciandu daa parte u liturâle munegascu.
(2)Labande, Histoire de la Principauté de Monaco, p. 459.
(3) A Curnîxe Mediann-a a l'é stæta finîa sûlu 'nt'u 1919. Insce questi argumenti, L. Notari, Mon beau Monaco, p. 13.
(4) Giffre ôfiçiâle ripurtæ da J. Freu, Histoire du Lycée de Monaco, p. 21.
(5)L. Notari, Quelques mots..., p. 3.
(6) Sentimentu ancun ben ben vîvu tra i nostri testimonni.
(7)"Ciytostu de parlâ u munegascu cuscí mâ, parlæme 'n franseize", ordinâva sœ puæ ai testimonni I e J.
MÉTHODES D'ENQUÊTE
§ 3 - Il ne pouvait donc s’agir de faire la photographie exacte d’un parler qui n’en était pas un. Il était plus que téméraire d’essayer de dire, en raisonnant à partir de documents recueillis dans la rue en 1943, ce qu’avait été «le vrai monégasque». Il restait du moins possible de donner une image fidèle de ce que certains vieux Monégasques se rappelaient peut-être encore a l’époque de notre enquête.
Si l’on voulait étudier le monégasque, il fallait donc rechercher d’urgence les gens âgés qui parlaient encore le vieux patois, ou du moins l’avaient parlé dans leur jeunesse. Nous consultâmes à ce sujet notre collègue Mlle Fontana, depuis Mme Zilliox (1), et quelques connaissances originaires de Monaco: elles purent nous guider dans le choix de nos témoins.
Rentré à Paris en octobre 1946, nous possédions des matériaux assez complets pour essayer de classer, d’expliquer et d’interpréter, ce que nous commençâmes aussitôt. De 1946 à 1954, puis de nouveau en 1960 et 1961, nous avons passé régulièrement à Monaco un mois des grandes vacances pour revoir nos témoins, compléter nos recherches et enquêter à La Turbie, Roquebrune, Menton, Vintimille.
METTUDI DE RIÇERCA
§ 3 - Nu pueiva dunque tratâse de fâ a futugrafîa ezatta de 'na parlaa ch'a nu l'êa tâ. L'êa ciy che temerâiu pruvâ à dî, raxunandu à partî dai ducymenti arecygeiti 'nsciaa stradda 'nt'u 1943, côs'u l'êa stætu "u vêu munegascu". Però l'êa, ou mênu, ancun puscíbbile de dâ 'n'imaggine fedêle de quellu che çerti vêgi Munegaschi fòscia s'aregurdâvan ancun à l'eppuca d'a nostra inchiesta.
Se vuéivimu stydiâ u munegascu, bezygnâva dunque aspresciâse à çercâ i-ansien che parlâvan ancun u vêgiu dialettu, o che, quantemênu, l'àivan parlòu int'a so zuentý. Insce questu emmu cunsyltòu a nostra culêga a S.n-a Funtann-a, dapœ a Sciâ Zilliox (1), e dôtrâe cunuscenti ôriginâi de Munnegu: questi n'han pusciŷu guidâ int'a çèrnia d'i nostri testimonni.
Turnæ à Pariggi inte l'otûbre d'u 1946, pusedéivimu d'i materiæ asæ cunplêti pe tentâ de clascificâ, de spiêgâ e d'interpretâ, e se ghe semmu sybbitu missi aprœvu. Dou 1946 ou 1954, e dapœ turna 'nt'u 1960 e 1961, emmu pasòu regularmente à Munnegu yn meize de vilezatŷa pe rivedde i nostri testimonni, cunpletâ e nostre riçerche e fâ d'e 'nchieste à La Turbie, Roccabrynn-a, Mentun e Vintimiggia.
§ 4 - Il nous a paru que les conditions bien spéciales d’une enquête sur le monégasque, parler en voie de disparition, rendaient nécessaire la recherche d’une méthode d’enquête particulière.
Les possibilités de choix des témoins se trouvaient réduites. Il y avait en Principauté, quand nous entreprîmes ce travail, très peu de gens qui connaissaient le vieux monégasque. Voici trois témoignages précis: «Il y a dix personnes, et encore, à bien parler le patois» (1). «Il y a une douzaine de gens qui parlent le vrai monégasque, mais pas plus de quatre ou cinq qui savent assez de mots» (2). «Il y a peut-être une douzaine de gens qui parlent bien» (3). Dès 1927 L. Notari avait constaté que «le nombre de personnes parlant un monégasque authentique» s’élevait «à peine à quelques dizaines d’individus», et il présageait «la disparition inévitable et imminente» du patois (4).
Ce petit nombre de témoins s’exprimaient le plus souvent en français depuis longtemps. Ils s’étaient entretenus autrefois en monégasque avec leurs parents et surtout avec leurs grands-parents, mais avaient eux-mêmes parlé français à leurs enfants. De tous ceux que nous avons visités, seul notre témoin A, alors presque centenaire, avait encore parlé patois à ses deux premiers enfants (5); aux suivants, il avait parlé français. Aussi nos témoins, même les plus âgés, ne pouvaient-ils pas toujours fournir instantanément l’équivalent patois d’un mot français. Au cours de chacun de nos entretiens nous avons entendu, sous diverses formes, des regrets semblables à celui de notre témoin E: «Il y avait un mot, pour dire cela en monégasque, mais je l’ai oublié. Ah! si mon père était encore là! lui, il vous l’aurait dit sans hésitation.» (6).
Enfin aucun de ceux que nous pouvions consulter ne rappelait l’image du témoin idéal: un cultivateur intelligent et de peu d’instruction. La Principauté était entièrement recouverte de villas et de maisons d’habitation, en 1943, en attendant les «buildings» d’aujourd’hui. Les Monégasques étaient négociants ou fonctionnaires, ou exerçaient des professions libérales. Tous ceux qui, d’après leurs compatriotes, parlaient encore bien monégasque, avaient de l’instruction, parfois de la culture; certains avaient appris le latin, l’italien; ils avaient souvent réfléchi à leur patois, l’avaient comparé aux parlers d’alentour, quelques-uns même, à la suite de l’ingénieur L. Notari, qui le premier utilisa le monégasque comme langue littéraire (7), avaient compose des poésies ou des nouvelles (8).
Puisque les témoins étaient peu nombreux et que le patois risquait de se perdre, nous résolûmes d’entendre le plus grand nombre possible de ceux qui avaient encore des souvenirs précis. Pour peu que les métiers et les loisirs des parents de nos témoins eussent été assez différents les uns des autres, nous aurions chance de saisir un vocabulaire portant sur des domaines variés.
Puisque nos témoins risquaient de se trouver assez souvent embarrassés si on leur demandait de fournir sur-le-champ la traduction d’un mot français ou d'une courte phrase, il convenait d’user de patience et de n’utiliser les termes d’un questionnaire que comme prétextes à conversations, pour permettre à l’association des idées de jouer au maximum, alors que les témoins feraient appel à leurs souvenirs; chaque de ces vocables deviendrait une sorte de centre d’intérêt; le témoin, s’exprimant librement en patois, donnerait de lui-même, à propos du mot choisi, les phrases qui lui viendraient à l’esprit, l’enquêteur l’interrompant seulement pour lui demander explications et précisions quand ce serait nécessaire. On aboutirait ainsi à une sorte de conversation très souplement dirigée. La récolte serait lente, de classement plus difficile, mais sûre et peut-être d’une certaine richesse.
Puisque enfin on courait le risque d’obtenir de tel ou tel témoin des formes empruntées ou patoisées à partir du français, de l’italien ou du latin, il fallait confronter les résultats obtenus et ne considérer comme sûrs que les vocables fournis à la fois par plusieurs témoins. Dans le tableau du vocabulaire, on ferait toujours suivre d’un signe donné une forme fournie par une seule personne.
§ 4 - N'é parsciŷu che e cundisyin ben speciâle de'n'inchiesta 'nsciuu munegascu, parlaa aprœvu à scentâ, rendéivan necesâiu a riçerca de'n mettudu d'inchiesta particulâ.
A çèrnia d'i testimonni a l'êa ridŷta. Quand'emmu intrapreizu stu travaggiu, int'u Principâtu gh'êa pôchíscime gente che cunuscéivan u vêgiu munegascu. Éive træ testimunianse precîze: "Ghe saiâ dêxe persunn-e, se ghe sun, che pàrlan ben u dialettu" (1). "Ghe saiâ 'na duzenn-a de gente che pàrlan u vêu munegascu, ma nu ciy che quattru o çinque che san asæ pòule" (2). "Fòscia gh'é 'na duzenn-a de gente che pàrlan ben" (3). Za 'nt'u 1927 u L. Notari u l'aveiva cunstatòu che "u nymmeru d'e persunn-e che pàrlan in munegascu outénticu" u s'elevâva "à penn-a à quarche dexenn-a d'individdui" e u prezagîva "a scunparsa inevitabbile e iminente" d'u dialettu (4).
L'êa za d'u tenpu che sti pôchi testimonni s'espriméivan e ciy votte 'n franseize. 'Na votta parlâvan munegascu cuî so genituî e, survetyttu, cuî so nonni, ma liâtri mæximi àivan parlòu franseize ai so figgi. Tra tytti quelli ch'emmu vixitòu, sûlu u nostru testimonniu A, alûa squæxi çentanâ, u l'àiva ancun parlòu dialettu ai so duî primmi figgi (5); ai âtri u gh'aiva parlòu franseize. Dunque i nostri testimonni, scinn-a i ciy ansien, n'ariêscîvan senpre à furnîne de buttu l'equivalente diâletâle de'na poula franseize. Dyrante ciascynn-a d'e nostre cunversasyin emmu sentîu, in varrie furme, d'i rincrescimenti cumme quellu d'u nostru testimonniu E: "Gh'êa 'na poula pe dî questu in munegascu, ma me l'ho ascurdaa. Ah! Se ghe fuîse ancun mæ puæ! Lê u ve l'aviæ saciŷu dî sens'âtru." (6)
Aa fin, nisciyn de quelli ch'emmu pusciŷu cunsyltâ fâva vegnî 'n cœ a figŷa d'u testimonniu ideâle: in paizan aspertu e pôcu instruîiu. Int'u 1943 u Principâtu u l'êa cunpletamente cuvertu d'e câze e palassi, aspêtàndu e "buildings" d'ancœ. I Munegaschi êan negusianti, funsiunâi o libberi prufesiunisti. Tytti quelli che, segundu i so cunpatriôti, parlâvan ancun ben munegascu, gh'àivan de l'instrysiun, d'e votte scinn-a d'a cultŷa; ghe n'êa ch'àivan stydiòu latin e italian; spessu àivan rifletŷu insciuu sœ dialettu, l'àivan cunfruntòu cuê parlæ vexinn-e, âdreitŷa gh'êa chi l'êa anætu aprœvu à l'inzegnê L. Notari, che, pe primmu, u l'aiva dœviòu u munegascu cumme lengua letiâia (7), e u l'aiva cunpostu d'e puêxîe o d'i cunti (8).

Dou mumentu che i nostri testimonni êan pôcu nymerûxi e che u dialettu u rischiâva de pèrdise, emmu decîzu de sentî u ciy gran nymmeru puscibbile de quelli che gh'àivan ancun d'i ricordi precîzi. Saiæ bastòu che i mestê e-e demûe d'i genituî d'i nostri testimonni fuîsan stæti asæ varri, e niâtri aviêscimu avŷu a puscibilitæ d'arecœgge 'n vucabulâiu esteizu à d'i canpi diferenti.
Dou mumentu che i nostri testimonni êan asæ suventi à réizegu d'atruvâse in inbarassu se ghe dumandâvimu "insce duî pê" a tradysiun de'na pòula franseize o de'na cyrta frâze, cunvegnîva êse pasienti e adôeviâ i tèrmini de'n questiunâiu sûlu che cumme 'n pretèstu pe d'e cunversasyin, cuscí che l'asuciasiun d'e idêe a l'aviæ travagiòu ou màscimu mentre che i testimonni se fâvan vegnî in cœ i so aregordi; ognyn de sti vucabbuli u saiæ vegnŷu 'na specce de centru de 'nterèsse; u testimonniu ch'u se fuîse esprèssu liberamente 'n dialettu, u l'aviæ furnîu da lê e frâze che ghe saiéiva vegnŷu 'n cœ à prupoxxitu d'a poula 'n questiun, e l'intervistatû u l'aviæ interuttu sûlu che pe dumandâghe d'e spiêgasyin o d'e precizasyin quande fuîse stætu necesâiu. De sta mainêa saiêscimu arivæ à'na mersa de cunversasiun pilutaa ben de lengê. A recygéita a saiæ stæta lenta, ciy difiççile da clascificâ, però segŷa e de 'na çerta richessa.
Aa fin, dou mumentu che gh'êa u réizegu d'ôtegnî dou tâ o dou tal'âtru testimonniu d'e furme inpurtæ o diâletizâe à partî dou franseize, da l'italian o dou latin, ôcurîva cunfruntâ i rezyltâti ôtegnŷi e de cunsciderâ segŷi sûlu che i vucabbuli furnîi insemme da ciy testimonni. Int'a tòua d'u vucabulâiu 'na furma furnîa da'na persunn-a sûla a saiâ de lungu seguîa da'n dætu ségnu.
(1)A, 3 mars 1944.
(2)C, 7 juin 1944.
(3)P, 15 septembre 1944.
(4)Santa Devota, pp. 8 et 9. Aujourd’hui (10 septembre 1961) nos meilleurs témoins sont presque tous morts.
(5)Le patois était donc resté la langue familiale jusque vers 1890.
(6)E, 15 mars 1943.
(7)Santa Devota est de 1927.
(8)Nos témoins E, H, S, p. ex.
(1)A, 3 mars2 1944.
(2)C, 7 zýgnu 1944.
(3)P, 15 setenbre 1944.
(4)Santa Devota, pp. 8 et 9. Ancœ (10 setenbre 1961) i nostri mêgiu testimonni sun quæxi tytti morti.
(5)U dialettu u l'êa dunque restòu a léngua parlaa 'n famiggia scin à circa u 1890.
(6)E, 15 marsu 1943.
(7)Santa Devota a l'é d'u 1927.
(8)I nostri testimonni E, H, S, p.ez.
LES TÉMOINS
§ 5 - Nous commençâmes par nous renseigner longuement, auprès d’amis, de relations et de parents d’élèves monégasques, pour savoir quels étaient ceux qui connaissaient le mieux le patois. Leurs réponses désignèrent avec un bel ensemble ceux qui devinrent nos témoins A, F, C, D et E.
Avant d’entreprendre l’enquête selon la méthode précisée ci-dessus, il nous parut nécessaire de faire leur connaissance, de leur exposer nos buts, de nous entraîner à noter le monégasque au cours de quelques visites. Cela nous permit aussi de comprendre assez vite le patois, tâche relativement aisée pour un latiniste ayant des notions de provençal et d’italien. Il était nécessaire en effet, pour pouvoir mener à bien les conversations envisagées, de saisir d’emblée l’essentiel de ce que nous entendions. Nous complétâmes cette initiation par la lecture de quelques livres écrits en monégasque avec traduction en regard (1).
Nous dûmes ensuite faire le choix d’un questionnaire définitif. La liste des mots français du Vocabulaire français-mentonais d’Andrews ne pouvait convenir: d’abord le linguiste américain a fait la part trop belle aux mots savants appelant presque nécessairement des formes patoisées: abdomen, abhorrer, absorber, accapareur, etc...; ensuite le classement alphabétique fait continuellement passer le témoin du coq à l’âne. Nous abandonnâmes aussi l’idée de reprendre les termes dont M. Blinkenberg a demandé la traduction dans le patois d’Entraunes. En effet le savant danois a voulu noter l’état présent d’un parler encore bien vivant et, en particulier, la manière dont certains mots français — éléphant, the, débrayer, par exemple — peuvent se patoiser. Les réactions du monégasque, dialecte près de sa fin, étaient nulles, et nos témoins, qui utilisaient leurs souvenirs, ne pouvaient que dire, le cas échéant «Nos anciens ne connaissaient pas cela.» Nous nous arrêtâmes finalement à la forme française des mots retenus par Jud et Jaberg pour leur «questionnaire normal» de l‘AIS (2), plus au point, à la suite de nombreux travaux de dialectologie, que celui des pionniers de l’ALF; très simples, concrets pour la plupart, ces mots risquaient d’avoir leur équivalent en monégasque et de rappeler des souvenirs par association d’idées. D’autre part l’usage de ce questionnaire permettrait des comparaisons faciles entre le monégasque et les points de la Ligurie où auraient enquêté les collaborateurs de l‘AIS.
I TESTIMONNI
§ 5 - Emmu cumensòu cun l'infurmâse à lungu da d'i amîxi, d'i parenti e d'i genituî d'i alêvi munegaschi pe savéi chi fuîsan quelli che cunuscéivan mêgiu u dialettu. E so risposte han descignòu in moddu ben cuncorde quelli che dapœ sun stæti i nostri testimonni A, F, C, D e E.
Primma de inandiâ l'inchiesta segundu u mettudu asccéju chí de d'âtu, n'é parscŷu necesâiu de fâ a so cunuscensa, d'espunn-ighe i nostri fin e de ezercitâse à marcâ pe scrîtu u munegascu dyrante dôtrâe vixxite. Stu fætu u n'ha cunsentîu ascí de 'nprende asæ fîtu u dialettu, côsa relativamente faççile pe'n latinista cun d'e nusyin de pruvensâ e d'italian. Quellu ch'êa necesâiu, afinché e scifæte cunversasyin anessan ben, l'êa d'aciapâ ou buttu l'esensiâle de quellu che se saiæ sentîu dî. Emmu cunpletòu questa inisiasiun lezendu dôtréi libbri 'n munegascu cuâ so tradysiun (1).
Dapœ gh'emmu avŷu da çerne 'n questiunâiu definitîvu. A lista d'e poule franseixi d'u Vucabulâiu franseize-mentunascu de l'Andrews a nu pueiva anâ ben: primma de tyttu u lenguista american u l'ha riservòu troppu spassiu æ poule dutte che tian in ballu quæxi pe forsa d'e furme diâletizaê: abdomen, abhorrer, absorber, accapareur, etc...; dapœ a clascificasiun arfabettica a fa cuntinuamente sâtâ u testimonniu de pâl'in frasca. Emmu abandunòu ascí l'idêa de repigiâ i tèrmini d'i quæ u M. Blinkenberg u l'aiva dumandòu a tradysiun int'u dialettu d'Entraunes pou fætu che, mentre u stydiûzu daneize u vueiva nutâ a cundisiun atuâle de'na parlaa ancun ben vîva e, in particulâ, de che mainêa çerte poule franseixi - prezénpiu: éléphant, the, débrayer - se pœan diâletizâ, e reasyin d'u munegascu, invêce, dialettu pròscimu aa sœ fin, êan nylle, e i nostri testimonni, che dôeviâvan i sœ ricordi, à l'ôcurénsa nu puéivan che dî: "Sta côsa chí i nostri vêgi nu-â cunuscéivan".
Aa fin emmu decîzu paa furma franseize d'e pòule çernŷe dou Jud e u Jaberg pou so "questiunâiu nurmâle" de l'AIS (2), ciy à puntu, aprœvu à tanti styddi de diâletutlugîa, de quellu d'i piûnê de l'ALF; ben sence, cuncrête paa ciy parte, gh'êa a puscibilietæ che ste poule gh'avessan u so equivalente 'n munegascu e de fâ vegni'n cœ d'i-âregordi pe asuciasiun d'idêe. Stu questiunâiu u l'aviæ cunsentîu ascí d'i faççili cunfrunti tra u munegascu e i punti d'a Ligyrria dunde aviéivan fætu d'e riçerce i culaburatuî de L'AIS.
(1)L. Notari, Santa Devota, Monaco, 1927; Toca aiçi Niculin! Monaco, 1937; Bülüghe munegasche, Monaco, 1941. R. Boisson, A legenda de l’auřivè, dactylographiée.
(2) K. Jaberg et J. Jud, Der Sprachatlas als Forschungsinstrument..., Halle, 1928; pp. 144-174.
(1)L. Notari, Santa Devota, Munnegu, 1927; Toca aiçi Niculin! Munnegu, 1937; Bülüghe munegasche, Munnegu, 1941. R. Boisson, A legenda de l’auřivè, dattilugrafaa.
(2) K. Jaberg et J. Jud, Der Sprachatlas als Forschungsinstrument..., Halle, 1928; pp. 144-174.
§ 6 - La méthode que nous nous étions proposée se révéla féconde, mais lente, car nous vîmes rapidement qu’il y avait intérêt, pour obtenir de façon spontanée le plus de mots possible, à laisser nos témoins s’écarter du point de départ et vagabonder au gré de leurs souvenirs. Or, par la force des choses, toutes leurs remarques n’étaient pas d’un égal intérêt, il y avait souvent des arrêts, des retours en arrière; en outre le témoin abandonnait brusquement, de temps à autre, le patois pour le français. Nous nous sommes efforcé dans tous les cas de contraindre le moins possible nos interlocuteurs, tous d’une gentillesse et d’une bonne volonté exceptionnelles, afin de ne pas les fatiguer, et de faire en sorte qu’ils prissent plaisir, si possible, aux entretiens, persuadé que le travail d’exploration y gagnerait.
Rentré chez nous après des entrevues de deux à trois heures, nous rangions nos feuilles de notes (datées, portant le nom des témoins), après avoir recopié sur de grandes fiches les éléments de la récolte (phrases, expressions, mots, avec des remarques sur leur emploi). Celles-ci étaient ensuite réunies dans des chemises, classées d’après les affinités de sens, premier groupement en vue de l’établissement d’un vocabulaire systématique.
Si l’on veut connaître avec précision la manière dont se passait un entretien, nous reconterons, à titre d’exemple, le début de celui du 8 avril 1944 chez M. Sangiorgio, notre témoin A. Nous partîmes du mot du questionnaire chaux. Notre interlocuteur fit deux ou trois phrases monégasques contenant le vocable cauçina, pour m’apprendre là langue, assura-t-il, puis raconta en patois comment dans sa jeunesse on faisait les fours à chaux et pourquoi on se salissait les cheveux à ce travail; sur la demande (en patois) de sa fille, il expliqua comment a l’époque on se lavait les cheveux avec du blanc d’œuf; il en profita pour dire la couleur de ses cheveux, autrefois, et, sur notre demande, les couleurs de cheveux les plus courantes; puis il fit des remarques sur le prix des œufs, sur le prix de la vie en général; ensuite il passa au prix du raisin, puis à la manière dont on achetait le raisin au producteur vers 1890; sur notre invitation, il nous cita quelques sortes de raisin propres à faire le vin; il y eut alors un moment d’arrêt: notre témoin voulut nous faire goûter du vin qu’il avait fait à cette époque, et il commença à parler français. Je demandai le sens de quelques mots que je n’avais pas compris, je fis répéter quelques phrases pour m’assurer que leur notation était exacte; j’en traduisis quelques autres, et Mlle Sangiorgio, fille de notre témoin, confirma ou corrigea notre interprétation, tandis que son père approuvait ou plaisantait.
Il y eut bientôt, à ces entretiens, outre notre témoin A et sa fille, un fils de A et une fille de celui-ci, respectivement nos témoins B et Y, qui excellaient à poser en patois à leur père et grand-père des questions intéressantes et précises sur les souvenirs qu’il rapportait. Le dialogue gagna en intérêt et en animation. Nous n’avions presque qu’à noter ce qui nous intéressait.
Mlle Barral, témoin F, avait parlé patois avec son père, chez lequel elle vivait, jusqu’à la mort de celui-ci. À plusieurs reprises elle invita chez elle une amie, notre témoin N, et, à partir des mots du questionnaire, ces dames conversèrent en patois devant nous; elles confrontèrent en particulier leurs souvenirs sur les fruits et les légumes, l’ameublement, les vêtements et les travaux ménagers.
Notre témoin C, M. J. Boisson, s’étendit le plus volontiers sur la menuiserie, l’élevage et la culture. Il utilisait les mots dont il s’était servi, dans son enfance, pour parler à ses grands-parents. Le questionnaire épuisé, nous continuâmes à rendre visite à C. Il avait pris l’habitude de noter les expressions et les mots anciens qui lui revenaient à l’esprit au cours de promenades ou de conversations avec de vieux amis, et il nous les présentait à chacune de nos rencontres.
M. Louis Notari, témoin D, était un poète, un érudit et un polyglotte. Il avait préparé un dictionnaire comparé du monégasque et des parlers voisins (1). Nous lui demandâmes de n’employer, au cours de nos entretiens, que les termes qu’il avait lui-même entendus à Monaco, lors de son enfance. Il s’efforçait de faire revivre pour nous, le plus exactement possible, le langage qu’il avait utilisé, petit garçon, pour parler à sa grand-mère maternelle. Ancien chasseur, il nous fournit de précieuses indications sur les noms des plantes sauvages et des oiseaux. Pour nous aider au maximum, il reçut chez lui avec nous, ou nous emmena visiter avec lui les témoins K, M, O, Q, U, et nous les entendîmes converser sur toutes sortes de sujets, en particulier sur la vie journalière d’autrefois et les traditions du vieux Monaco.
Le cinquième et dernier témoin avec lequel nous pûmes passer en revue, dans les conditions indiquées, la totalité des mots de l’AIS est M. Curti, témoin E, qui essaya de reproduire pour nous le mieux possible le langage de son père. Il nous fournit un riche vocabulaire, en particulier sur la propriété rurale et sur la cuisine.
Il s’entretint devant nous, chez lui, avec nos témoins V et S, qui nous fournirent, en particulier, quelques proverbes anciens.
§ 6 - U mettudu che s'eimu pruposti u s'é rivelòu fecundu, ma lentu, scicumme emmu vistu sybbitu che pe ôtegnî e ciy pòule puscibbile in moddu spuntanneu, l'êa mêgiu lasciâ che i nostri testimonni se destachessan dou puntu de partensa e se n'anessan in giandun aprôevu ai sœ ricordi. Òua, pe forsa de côse, nun tytte e so ôservasyin êan d'u mæximu interèsse, ben d'e votte nu gh'êa de prugrèsci, o se turnâva inderê; de ciy, u testimonniu, ògni tantu, u mulâva de bryttu u dialettu pe mettis'à parla'n franseize. Se semmu sfursæ inte tytti-i câxi de fursâ u mênu puscibbile i nostri interlucytuî, tytti de'na curtexîa e de'na bunn-a vuentæ ecesiunâle, pe nu stancâli e pe fâ sci che, se puscibbile, ghe fesse scinn-a piâxéi de fâ ste 'nterviste, segŷi che u travaggiu d'esplurasiun u gh'aviæ guaagnu.

Turnæ à câza doppu d'e vixxite de dûe o træ ûe, alygâvimu i nostri fœggi de notte (cuâ dæta e i nummi d'i testimonni) doppu avéi cupiòu insce d'e gren schêde i-êleménti d'a recygeita (frâze, espresciuin, pòule, cun d'i-ôservasyin insce cumme êan dœviæ). Dapœ queste êan misse 'nsemme inte d'e cartelle, clascificæ aprœvu æ afinitæ de sensu, primmu amersamentu in vista de 'nbastî in disiunâiu scistematticu.
Pe dâ 'n'idêa precîza de cumme l'é che se dezgygeiva 'n'intervista, cuntemmu, à tittulu d'ezénpiu, u prinçippiu de quella de l'8 arvî 1944 dou sciû Sanzorzu, u nostru testimonniu A. Semmu partîi daa poula d'u questiunâiu "câçinn-a". U nostru interlucytû u l'ha fætu dôtrâe frâze 'n munegascu cuâ poula cauçina, pe mustrâme a léngua, u dîva lê, e dapœ u l'ha cuntòu in dialettu cumme l'é che, quand'u l'êa zuênu, se fâva i furni da câçinn-a e perché e gente se brytâvan i cavelli à fâ stu travaggiu; insciaa dumanda (in dialettu) de so figgia, u l'ha spiêgòu cumme l'é ch'à l'eppuca e gente se lavâvan i cavelli cuu giancu d'œvu; u n'ha aprufitòu pe dî u cû d'i sœ cavelli, à quelli tempi, e, sciy nostra dumanda, i cuî de cavelli ciy cumyn; doppu u l'ha fætu d'i-ôservasyin insciuu prêxu d'i-œve, insciuu custu d'a vitta 'n generâle; dapœ u l'é pasòu ou prêxu de l'ŷga, e aprœvu, aa mainêa d'acatâ l'ŷga dou prudytû versu u 1890; sciy nostru invîtu u n'ha çitòu quarche menn-a d'ŷga da vin; alûa u s'é fermòu in mumentu: u vueiva fâne atastâ d'u vin ch'u l'àiva fætu de stu perîudu, e u l'ha cumensòu à parlâ franseize. Ho dumandòu u scignificòu de quarche pòula che n'àiva 'capîu, ho fætu ripête quarche frâze pa-aseghiâme d'aveile marcæ ben; n'ho tradŷtu d'i-âtre cuâ Sn-a Sanzorzu, a figgia d'u nostru testimonniu, ch'a cunfermâva o a curezeiva a nostra 'nterpretasiun, mentre sœ puæ u l'apruvâva o u ghe rieiva aprœvu.
N'é pasòu guæi che à st'incuntri, insemme ou nostru testimonniu A e à so figgia, u s'é missu à vegnîghe ascí yn figgiu de A e cu-înn-a so figgia, rispetivamente i nostri testimonni B e Y, ch'êan ecelenti à fâ d'e dumande 'n dialettu à so puæ e nonnu interesanti e precîze inscii ricordi ch'u riferîva. U diallugu u ghe guaagnâva in interèsse e in animasiun. À niâtri n'arestâva ciy squæxi ch'a marcâ quellu che n'interesâva.
A Scn-a Barral, testimonnia F, a l'aiva parlòu dialettu cun sœ puæ, cuu quæ a l'aiva visciŷu, scin aa sœ morte. Ciy votte a l'ha 'nvitòu à câza sœ 'n'amîga, a nostra testimonnia N, e, partindu dæ parolle d'u questiunâiu, ste scignûe han cunversòu in dialettu in nostra prezensa; liâtre han cunfruntòu in particulâ i so ricordi 'nsciaa frŷta e a verdŷa, u mubilliu, i vestî e-e facende de câza.
U nostru testimonniu C, u Sciû J. Boisson, u discurîva ciy vuentêa 'nsce l'arte d'u bancâ, l'alevamentu e l'agricultŷa. U dôeviâva e poule ch'u l'aiva ytilizòu da figiœ pe parlâ ai sœ nonni. Cunpletòu u questiunâiu, emmu cuntinuòu à fâ vixxita à C. U l'aiva pigiòu l'àndiu de marcâ i-êspresciuin e-e poule antîghe che ghe turnâva 'n cœ dyrante d'e pasegiâte o d'e cunversasyin cun d'i vêgi amîxi, e u ne-e fâva savéi tytte-e votte che se 'ncuntrâvimu.
U Sciû Luîgi Notari, testimonniu D, u l'êa 'n puêta, yn erydîu, e 'n puliglottu. U l'aiva preparòu in disiunâiu cunparòu d'u munegascu e d'e parlæ vexinn-e (1). Gh'emmu dumandòu de dôeviâ, dyrante i nostri incuntri, sûlu che i tèrmini ch'u l'aiva sentîu de primma persunn-a à Munnegu quand'u l'êa figiœ. U se sfursâva de fâ rivîve pe niâtri u ciy ezatamente puscibbile, a léngua ch'u l'aiva dôeviòu, figiuâme, pe parlâ aa sœ nonna materna. Vêgiu caciòu, u n'ha furnîu d'e presiûze 'ndicasyin inscii nummi d'e ciante sarvæghe e d'i-ôxelli. Pe agiytâne ou màscimu, u l'ha fætu vegnî à câza sœ quande gh'êmu niâtri, o dunque u n'ha purtòu cun lê a fâ vixxita ai testimonni K, M, O, Q, U, e semmu stæti à sentîli mentre che cunversâvan insce 'n myggiu de sugetti, in particulâ insciaa vitta cutidiann-a de'na votta e 'nscee tradisyin d'a vêgia Munnegu.
U quintu e ýrtimu testimonniu cun chi emmu pusciŷu pasâ in raségna, æ cundisyin indicæ, a tutalitæ d'e poule de l'AIS, u l'é u Sciû Cyrti, testimonniu E, che pe niâtri u l'ha çercòu de riprudŷe ou mêgiu a léngua de sœ puæ. U n'ha furnîu 'n riccu vucabulâiu, specce 'nsciaa prupriêtæ ryrâle e 'nsciaa cuxinn-a.
U l'ha cunversòu in nostra prezensa à câza sœ cuî nostri testimonni V e S, che n'han furnîu, in particulâ, dôtrâe vêgi pruverbi.
(1)Source de C. Merlo, pour les formes monégasques, dans ses Contributi alla conoscenza dei dialetti della Liguria odierna, ID, XIV-XXI. Voyez la Bibliographie.
(1)Da C. Merlo, pee furme munegasche, int'i sœ Contributi alla conoscenza dei dialetti della Liguria odierna, ID, XIV-XXI. Amiâ a Bibliugrafîa.
§ 7 - Aux cinq enquêtes principales se joignirent des enquêtes complémentaires. Nos témoins J et I, MM. J. et Ch. Médecin, ne s’étaient exprimés qu'en français en famille, mais ils se souvenaient d’un certain nombre de mots et de phrases qu’avait employés couramment leur père. Ils nous donnèrent, au cours de promenades et de vendanges, cinq cents mots environ se rapportant à la pêche, aux plantes sauvages, à la culture du raisin et à la fabrication du vin. Ils y joignirent de précieux proverbes sur le temps.
Sur leur conseil et présenté par eux, nous allâmes visiter d’autres témoins qui nous apportèrent des compléments et des confirmations sur la vie du Rocher autrefois (K), sur les métiers anciens (P, R), sur les bateaux (W), sur les petits enfants et la vie à la maison (G).
M. Canis, notre témoin H, auteur de nombreux articles sur l’histoire et les traditions de Monaco, nous fournit spontanément plus de cinq cents mots ou expressions caractéristiques, entendus en famille dans sa jeunesse, concernant en particulier la vie quotidienne sur le Rocher, la vie religieuse, la pêche; il se souvenait d’un bon nombre de sobriquets anciens, de proverbes et d’expressions proverbiales, qu’il nous communiqua généreusement.
Enfin M. Sauvaigo (T) nous confirma le nom monégasque de certaines parties du char et de quelques poissons et Mme Vilarem (X) nous donna quelques termes concernant la maison et les maladies.

La liste de nos témoins se trouva finalement la suivante:

A.M. SANGIORGIO (François), négociant, 1849-1947,
B.M. SANGI0RGI0 (Georges), négociant, 1878,
C.M. BOISSON (Joseph), retraité de l’administration, 1871-1958,
D.M. Notari (Louis), ingénieur, 1879-1961,
E.M. CURTI (Marius-Marc), directeur honoraire du service de la voirie, 1881,
F.Mlle BARRAL (Marie), 1868-1947,
G.Mme REY-ARDISSON (Marie), 1863-1950,
H.M. CANIS (Louis), secrétaire de mairie honoraire, 1891,
J.M. MÉDECIN (Julien), sous-directeur honoraire des services de l’enregistrement, 1894,
I.M. MÉDECIN (Charles), ingénieur chimiste, 1896,
Y.Mme MÉDECIN-SANGIORGIO (Pauline), 1901,
K.Mlle BLANCHY (Charlotte) et Mlle BLANCHY (Juliette), répétitrice honoraire au lycée,
L.Mme BRAME-GASTALDI (Louise), 1880,
M.Mme FEUGIER-BUTTI (Paule), 1903.
N.Mme CROVETTO-AUREGLIA (Lucie), 1875,
O.Mme MUSSIO-CROVETTO (Joséphine), 1872-1950,
P.M. RAIMBERT (Joseph), retraité de l’administration, 1861-1949,
Q.M. MÉDECIN (Alexandre), entrepreneur de travaux publics, 1876-1960,
R.M. BESSI (Esprit), retraité de l’administration, 1876-1962,
S.M. BOISSON (Robert), avocat, 1906,
T.M. SAUVAIGO (Lazare), professeur, 1894,
U.M. DEVISSI (François), retraité de l’administration, 1871-1959,
V.M. l’abbé FROLLA (Louis), 1904,
W.M. FROLLA (Prosper), retraité de l’administration, 1879,
X.Mme VILAREM-NERI (Stéphanie),
Z.Mme ZILLIOX-FONTANA (Marguerite), professeur au lycée, 1912.
§ 7 - Æ çinque riçerche prinçipæ s'é azuntu d'e riçerche cunplementâre. I nostri testimonni J e I, i Sciuî J. e Ch. Médecin, in famiggia àivan parlòu sûlu che 'n franseize, ma s'aregurdâvan de 'n çertu nymmeru de poule e de frâze che sœ puæ u dôeviâva curentemente. N'han dætu, dyrante e pasegiâte e-e vendégne, çinqueçentu poule circa, à prupoxxitu d'a pesca, d'e ciante sarvæghe, d'a cultŷa d'a vígna e d'a prudysiun d'u vin. Gh'han azuntu ascí d'i presiûxi pruverbi 'nsciuu tenpu. Cunsegiæ e prezentæ da liâtri semmu anæti à vixitâ d'i âtri testimonni che n'han furnîu d'e cunferme e d'e 'nfurmasyin cunplementâre 'nsciaa vitta d'a Rocca d'âtri tenpi (K), inscii vêgi mestê (P, R), inscee barche (W) inscii figiœ picin e a vitta de câza (G).
U Sciû Canis, u nostru testimonniu H, outû de nymerûxi articculi 'nsciaa stôia e-e tradisyin de Munnegu, u n'ha furnîu spuntaneamente ciy de çinqueçentu poule o espresciuin caraterístiche, sentîe 'n famiggia int'a sœ zuventý, riguardante ciy che âtru a vitta cutidiann-a 'nsciaa Rocca, a vitta religiûza e a pesca; u s'aregurdâva de'n bèllu nymmeru de vêgi numiâgi, de pruverbi e d'espresciuin pruverbiâle ch'u n'ha generuzamente cumynicòu.
Pe cunclydde, u Sciû Sauvaigo (T) u n'ha cunfermòu u numme munegascu de çerte parte d'u câru e de quarche pésce, e a Sciâ Vilarem (X) a n'ha dætu quarche tèrmine cunçernente a câza e-e moutîe.



Eive 'nfin a lista d'i nostri testimonni:


A.Sc. SANGIORGIO François, negusiante, 1849-1947
B.Sc. SANGI0RGI0 Georges, negusiante, 1878
C.Sc. BOISSON Joseph, funsiunâiu 'n pensciun, 1871-1958
D.Sc. NOTARI Louis, inzegnê, 1879-1961
E.Sc. CURTI Marius-Marc, diretû ônurâiu d'u servissiu stradâle, 1881
F.Scn-a BARRAL Marie, 1868-1947
G.Sca REY-ARDISSON Marie, 1863-1950
H.Sc. CANIS Louis, segretâiu myniçipâ ônurâiu, 1891
J.Sc. MÉDECIN Julien, suttu-diretû ônurâiu de l'yfissiu d'u registru, 1894
I.Sc. MÉDECIN Charles, inzegnê chimmicu, 1896
Y.Sciâ MÉDECIN-SANGIORGIO Pauline, 1901
K.Scn-a BLANCHY Charlotte e Scn-a BLANCHY Juliette, ripetitrîxe ônurâia ou licêu
L.Sca BRAME-GASTALDI Louise, 1880
M.Sca FEUGIER-BUTTI Paule, 1903
N.Sca CROVETTO-AUREGLIA Lucie, 1875
O.Sca MUSSIO-CROVETTO Joséphine, 1872-1950
P.Sc. RAIMBERT Joseph, funsiunâiu 'n pensciun, 1861-1949
Q.Sc. MÉDECIN Alexandre, inprenditû de travaggi pybbrichi, 1876-1960
R.Sc. BESSI Esprit, funsiunâiu 'n pensciun, 1876-1962
S.Sc. BOISSON Robert, avucâtu, 1906
T.Sc. SAUVAIGO Lazare, prufesû, 1894
U.Sc. DEVISSI François, funsiunâiu 'n pensciun, 1871-1959
V.Sc. abòu FROLLA Louis, 1904
W.Sc. FROLLA Prosper, funsiunâiu 'n pensciun, 1879
X.Sca VILAREM-NERI Stéphanie
Z.Sca ZILLIOX-FONTANA Marguerite, prufesû d'u licêu, 1912
§ 8 - [...] [é], voyelle d’aperture variable selon les sujets, intermédiaire entre [i] et [é], presque toujours confondue avec [é] dans la prononciation des gens des Moulins, plus ou moins proche de [i] dans la prononciation des gens du Rocher [...] § 8 - [...] [é], vucâle d'avertûa variabbile à segunda d'i sugetti, 'na vîa de mêzu tra a [i] e a [é], squæxi de lungu cunfŷza cuâ [é] 'nt'a prunúçia d'e gente d'i Muin, ciy o mênu vexinn-a aa [i] 'nt'a prunúnçia d'e gente d'a Rocca [...]
§ 9 - Nous avons signalé (§ 4) que depuis 1927 le patois était devenu langue littéraire. À la suite de la publication de Santa Devota, les poètes et prosateurs monégasques se sont servis, en gros, de la graphie génoise.
On sait que le génois attribue aux lettres la même valeur que l’italien, mais utilise en plus û ou ü (notation française correspondante: u), eu (notation française correspondante: eu), x (notation française correspondante: j), ç (qui double s sourd et ss comme en français), ä ou æ, qui note une voyelle intermédiaire entre [è] et [à]. Innovations monégasques: j remplace le signe génois x; y (de même valeur qu’en français) est préféré par la plupart à gl, peu adapté au monégasque, qui ne connaît pas d’l mouillé [ļ]; ř a la valeur indiquée au § 348; ë note [è]. L’accord sur cette graphie est à peu près fait entre les auteurs; certains cependant ajoutent des lettres étymologiques, à tort selon nous.
L’accent (accent grave) est placé sur la voyelle tonique, pour éviter toute ambiguïté (1); en particulier on le place sur tous les proparoxytons et sur les oxytons non terminés par n: un mot terminé par n est toujours oxyton en monégasque. L’apostrophe est utilisée comme an français. On écrit â pour a (préposition) + a (article défini féminin singulier) et à pour «il a».
Cette graphie a le mérite d’être facile à utiliser, facile à lire et d’une relative précision. Elle ne marque pas l’aperture des voyelles ni leur nasalisation (complète ou non) et note l’n qui a nasalisé la voyelle, même lorsqu’il s'est amuï; exemple: pan [pã´] «pain». Il n’y a pas de signe spécial pour n vélaire. L’s est sonore non seulement à l’intervocalique, mais dans le préfixe des- placé devant consonne sonore. Pour la lecture de scc(i)-, § 346. Nous préciserons la prononciation des mots monégasques ainsi orthographiés chaque fois que ce sera nécessaire.
§ 9 - Emmu segnalòu (§ 4) che dou 1927 u dialettu u l'êa diventòu léngua letiâia. Aprœvu aa pybricasiun de Santa Devota, i puêti e pruzatuî munegaschi se sun servîi, grossu moddu, d'a grafîa zeneize.
Se sa ch'u zeneize u l'atribuísce æ lettie a mæxima valensa che l'italian, cu'l'azunta de û o ü (nutasiun franseize curespundente: u), eu (nutasiun franseize curespundente: eu), x (nutasiun franseize curespundente: j), ç (ch'u l'equivâ aa s surda e aa ss cumme 'n franseize), ä o æ, ch'a notta 'na vucâle 'ntermeddia tra [è] e [à]. Inuvasyin munegasche: a j a sustituísce a lettia zeneize x; y (cuâ mæxima valensa che 'n franseize) a l'é preferîa dai ciy aa gl, pôcu adatta ou munegascu, ch'u nu gh'ha de l palatâle [ļ]; a ř a gh'ha a valensa indicaa ou § 348; a ë a l'indica [è]. L'acordiu insce sta grafîa u l'é squæxi cunplêtu tra i-outuî; ninte de mênu ghe n'é che gh'azúnzan d'e lettie etimuloggiche, e pe niâtri zballian.
L'acentu (acentu grave) u vêgne scrîtu insciaa vucâle tonnica pe evitâ quæ se segge anbiguîtâe (1); in particulâ u se mette 'nsce tytte-e pruparuscittune e 'nscee ôscittune che nu finíscian pe n: int'u munegascu, 'na poula ch'a finísce pe n a l'é de lungu ôscittuna. L'apòstrufu u l'é dôeviòu cumme 'n franseize. Se scrîve â pe a (prepuxisiun) + a (articculu det. feminîle scingulâ) e à pe "u gh'ha".
Sta grafîa a gh'ha u meitu d'êse faççile da dôeviâ, faççile da lêze e de'na çerta precixun. A nu marca l'avertŷa d'e vucâle ni a so nazalizasiun (cunplêta o nu) e a marca a n ch'a l'ha nazalizòu a vucâle, anche s'a l'é scentaa; prezénpiu: pan [pã´]. Nu gh'é 'n ségnu speciâle paa n velâre. A s a l'é sunûa nun sûlu quand'a l'é 'ntervucallica, ma ascí 'nt'u prefissu des- davanti à'na cunsunante sunûa. Pe cumme se lêze scc(i)-, § 346. Preciziêmu a prunúnsia d'e poule munegasche cuscí grafæ tytte-e votte che saiâ necesâiu.
(1)Pour des raisons de typographie, nous utiliserons pour ë et ü toniques, dans les cas peu courants où l’accent tonique doit être noté, respectivement ë´ et ü´
(1)Pe de raxuin de tipugrafîa, paa ë e a ü tonniche, int'i ræi câxi quande l'acentu tonnicu u l'ha da-êse nutòu, dôeviêmu rispetivamente a ë´ e a ü´
VARIANTES DE PRONONCIATION
§ 10 - Un certain nombre de témoins ont été interrogés sur un même parler : on pouvait croire qu’une graphie normalisée s’imposait. Il n’en est rien : la prononciation variait peu, de témoin à témoin, et il nous a été possible, dans le vocabulaire systématique, de recopier tels quels les vocables et les phrases que nous avions notés, sans courir le risque d’une disparate excessive.
On remarquera cependant que les gens du Rocher (témoins principaux: A, D, F), voisins du Palais, qui formaient l’agglomération la plus importante, articulaient voyelles et consonnes les muscles plus tendus, les lèvres, dans la mesure du possible, maintenues contre les incisives, la bouche à peine ouverte. Ils disaient qu’ils parlaient «fermé», «serré», «pointu», et jugeaient cela élégant. La prononciation des gens des Moulins, l’agglomération qui précéda Monte-Carlo leur paraissait «paysanne», «vulgaire», «grossière». Quant il ne parlait pas assez «serré», la grand-mère de notre témoin D lui disait : «Tu parles comme un Figounin» (1). Ceux des Moulins (témoins principaux: C, D), en revanche, jugeaient la prononciation du Rocher «précieuse», «recherchée», voire «ridicule». Leur articulation, nettement plus tendue que celle de Vintimille, mais un peu moins que celle du Rocher, leur paraissait «franche», «naturelle». Chacun des deux groupes d’habitants, comme de juste, gardait l’impression qu’il était le seul à posséder la bonne prononciation du patois.
En fait les différences perceptibles à l’oreille étaient minimes, sauf à propos de la voyelle [é], comme on l’a vu (§ 8). Quand nous ne précisons pas, c’est la prononciation du Rocher qui est fournie, c’est-à-dire celle du groupe le plus nombreux.
VARIANTE DE PRUNUNÇIA
§ 10 - In çertu nymmeru de testimonni sun stæti 'nterugæ insce'na mæxima parlaa: se saiæ pusciŷu credde che 'na grafîa nurmalizaa a se saiæ inposta. Nint'à fætu: a prununçia a scangiâva 'n pitin da testimmonniu à testimonniu, e 'nt'u vucabulâiu scistematticu emmu pusciŷu cupiâ, pægi pægi, i vucabbuli e-e frâze ch'àivimu marcòu, sens'anâ à réizegu de'n'êcescîva despaitæ.
Ninte de mênu se nutiâ che-e gente d'a Rocca (testimonni prinçipæ: A, D, F), vexin d'u Paaxu, che furmâvan u riun ciy 'npurtante, articulâvan e vucâle e-e cunsunante cuî músculi ciy teixi, cuê lerfe atacæ, 'nt'u limmite d'u puscibbile, ai incixîvi e cuâ bucca apenn-a averta. Dixéivan de parlâ "seròu", "streitu", "agyssu", e u cusciderâvan elegante. A prunúnçia d'e gente d'i Muin, a frasiun und'ancœ s'atrœva Munte-Carlu, a ghe pàiva "paizann-a", "vurgâ", "sgrœzza". Quande u nu parlâva asæ "seròu", a nonna d'u nostru testimonniu D a ghe dixeiva: "Ti parli cumme 'n figunin" (1). Quelli d'i Muin (testimonni prinçipæ C, D), pe cuntra, giydicâvan a prunúnçia d'a Rocca "riçercaa", "afetaa", dimmughe "ridiccula". A so articulasiun, netamente ciy teiza de quella de Vintimiggia, ma 'n pô mênu che quella d'a Rocca, a ghe pàiva "sccetta", "natyrâle". Mancu à dîlu, ciascyn d'i duî gruppi d'abitanti u l'êa cunvintu ch'a sœ a fuîse a bunn-a prunúnçia d'u dialettu, e sûlu che quella.

De fætu e diferençe percetibbile à l'uêgia êan minnime, sarvu che à prupoxxitu d'a vucâle [é], cumme s'é vistu (§ 8). Quande nu specifichemmu, a l'é a prunúnçia d'a Rocca à êse furnîa, saiv'à dî, quella d'u gruppu ciy nymerûzu.
(1)Habitant d’un hameau voisin de Vintimille. (1) Abitanti de'n paizettu vexin à Vintimiggia
§ 11 - Quand un mot n’est suivi d’aucun sigle, dans notre vocabulaire, c’est qu’au moins deux témoins appartenant à deux familles différentes nous l’ont donné; «famille» doit être entendu au sens étroit: deux cousins non élevés au même foyer sont considérés comme appartenant à deux familles. Nous reproduisons, s’il y a des divergences dans la prononciation, les diverses attestations. Le témoin est toujours précisé dans l’attestation unique.
Les témoignages sur le nom de tel objet ou de telle action ne coïncident pas toujours: bien souvent nous avons récolté des vocables différents. Dans ce cas nous n‘avons jamais choisi, mais indiqué les diverses formes, en plaçant en tête, en principe, celles qui paraissaient les plus anciennes; le sigle indique évidemment le témoin qui propose le terme.
De nombreuses formes sont suivies du sigle d’un témoin précédé du mot «aussi». C’est que le témoin a d’abord fourni une autre forme et a signalé ensuite qu’il avait également entendu la forme en question.
Nous avons relevé le fait quand un mot nous a été donné avec réserve, qu’il a été qualifié de «peu courant» ou qu’il a été suivi d’une remarque telle que : «Cela se disait à Monaco, mais c’est niçois». Les observations de cet ordre étaient courantes. Nous avons utilisé les impressions des locuteurs sur leur vocabulaire dans l’étude lexicologique (§§ 145-176). Nous avons également noté que tel terme était considéré comme familier, tel autre comme grossier. On a signalé enfin les mots qui déchaînaient un mouvement de gaîté.
Dans la traduction, nous avons cherché avant tout l’exactitude. Exactitude n’est pas calque. Le calque de tel mot monégasque serait grossier en français, alors que le terme patois ne l’est pas. C’est pourquoi nous traduisons cuyunà par «mystifier». En revanche un mot familier monégasque doit être traduit par un mot familier français, un mot vulgaire par un mot vulgaire, d’où les équivalences pansun «bedaine», ciucu «saoul». Le même souci a amené à rendre si possible par des expressions stéréotypées françaises les expressions monégasques «toutes faites» ; on a ajouté entre crochets la traduction littérale. Ainsi rendons-nous: gh’à a força d’ün mü par «il est fort comme un cheval» [il a la force d’un mulet]. Le monégasque est très imagé; nous avons essayé de rendre une image par une image, tout en gardant le sens et le ton. Nous traduisons, par exemple: a de püu sciü da cusciença par «il a la conscience élastique» [il a du poil sur la conscience].
Enfin, pour présenter d’une façon suggestive le vocabulaire recueilli, nous l’avons groupé sous diverses rubriques. Nous n’ignorons pas que tout classement est aisément critiquable. Nous avons gardé une certaine souplesse dans le jeu des titres et des sous-titres pour laisser sa place à l’association des idées et ne pas présenter, si possible, un stock de mots trop indigeste.
§ 11 - Quande, 'nt'u nostru vucabulâiu, 'na poula a nu gh'ha de scîgla aprœvu, vœ dî che ne l'ha riferîa armênu duî testimonni de dûe famigge despæge; "famiggia" a l'ha da-êse 'nteiza 'n sensu streitu: duî cûxi che nu sun stæti alevæ int'u mæximu fuguâ sun cunscideræ cumme apartenenti à dûe famigge. Se gh'é d'e divergense 'nt'a prunúnçia, reprudyxemmu e diverse atestasyin. U testimonniu u l'é de lungu precizòu in câxu d'atestasiun ynnica.
E testimunianse 'nsciuu numme de 'n tâ ôgettu o de'na tâ asiun nu cuinciddan senpre: ben de spessu emmu arecygeitu d'i vucabbuli diferenti. Inte stu câxu n'emmu mâi fætu 'na çèrnia, ma emmu indicòu e varrie furme, segundu u prinçippiu de mette primma quelle che pàivan e ciy antîghe; natyralmente a scîgla a l'índica u testimonniu ch'u l'ha prupostu u tèrmine.
Tante furme gh'han aprœvu a scîgla d'u testimonniu precedŷa daa poula "ascí". Vœ dî ch'u testimonniu daprimma u l'ha furnîu 'n'âtra furma e dapœ u l'ha segnalòu ch'u l'àiva sentîu ascí a furma 'n questiun.
Quande 'na poula a n'é stæta dæta cun riserva, emmu rilevòu s'a l'é stæta qualificaa cumme "pôcu frequente" o s'a l'é stæta fæta seguî da'n cumentu cumme: "Questu à Munnegu u se dîva, ma u l'é nisardu". Questu tîpu d'ôservasyin u l'êa frequente. Emmu dôeviòu i pai d'i lucytuî à prupoxxitu d'e so poule 'nt'u styddiu lesciculoggicu (§§ 145-176). Emmu ascí marcòu se 'na poula a l'êa cunscideraa familiâre o yn'âtra vurgâ. Infin emmu segnalòu se d'e poule sciyscitâvan ilaritæ.
Int'a tradysiun emmu çercòu primma de tyttu l'ezatessa. Ezatessa nu vœ dî carcu. U carcu de'na tâ poula munegasca u puriæ êse vurgâ in franseize, mentre, magâra, u tèrmine diâletale u nu-u l'é. Pe questu tradyxemmu cuyunà cun "mystifier". Invêce 'na poula familiâre munegasca a l'ha da-êse tradŷta cu-inn-a poula familiâre franseize, 'na poula vurgâ cu-inn-a vurgâ, de chí i-êquivalense pansun "bedaine", ciucu "saoul". A mæxima preôcypasiun a n'ha purtòu à rende cun d'i-êspresciyin idiumattiche franseixi i moddi de dî munegaschi; gh'emmu azuntu tra paréntexi a tradysiun leterâle. Cuscí emmu reizu: gh’à a força d’ün mü cun "il est fort comme un cheval" [u gh'ha-a forsa de'n mŷ]. U munegascu u l'é ben ben figyratîvu; emmu çercòu de rende 'na figyrasiun cu-în'âtra, mantegnindu u sensu e u tun. Tradyxemmu, prezénpiu: a de püu sciü da cusciença cun "il a la conscience élastique" [u gh'ha d'u pei-insciaa cuscensa].
Finalmente, pe prezentâ de'na mainêa sygestîva u vucabulâiu arecygeitu, emmu amersòu e poule pe rybrîche. Nu ignuremmu che quæ se segge clascificasiun a pœ êse criticaa sensa dificyrtæ. Emmu mantegnŷu 'na çerta elastiçitæ inte l'atribysiun d'i tittuli e d'i suttutittuli pe lasciâ d'u lascu à l'âsuciasiun d'e idêe e pe nu prezentâ, se puscibbile, d'i stock de poule troppu indigèsti.
turna in çimma
ziardua © 2004
1