Sommaire
Photos


L'AGRICULTURE EN HARSHAKISTAN


    ENTRETIEN
    avec Mme. Shirpah Sree


    Directeur
    au
    Ministère de l'Agriculture
    et de l'Environnement
    d'Harshakistan



    En deux mots, comment se présente le paysage agricole et environnemental de l'Harshakistan ?

    - Recouvert d’une végétation luxuriante et intacte, l’Harshakistan est peuplé de nombreux hameaux et villages, et partout les rencontres se font aisément et sans heurts. Aucune déforestation massive, les habitants vivent de la pêche et d’une agriculture pratiquée à petite échelle.

    Peu connue des touristes étrangers, la région méridionale du Harshakistan est riche de nombreux lacs où la population locale aime à se retrouver et se détendre en fin de journée, après le travail aux champs ou dans les plantations.

    Les plages sont en sable fin, d'origine volcanique. L'eau, très claire, est à température constante.

    Quelle est notre première ressource agricole ?

    - La première ressource agricole exploitée est la noix de cajou, produite par l'anacardier.

    Il est principalement cultivé pour ces noix riches en éléments nutritifs qui seront employées dans des domaines aussi divers que l'industrie agroalimentaire, la pharmacologie ou la cosmétologie. Outre la noix de cajou, l'arbre recèle encore bien d'autres valeurs comme :

    - la pomme cajou qui se développe à partir du pédoncule et qui est elle aussi comestible (elle est souvent qualifiée de "faux fruit") ;

    - les feuilles et l'écorce, d'où sont tirées différentes substances qui sont reconnues et utilisées depuis des siècles pour leurs propriétés médicinales ;

    - le bois, très résistant à l'eau entre dans la fabrication de canots, de pirogues et d'autres embarcations flottantes ;

    - des noix possédant un péricarde dont on peut extraire un baume de couleur brun rouge foncé : le baume de cajou (ou cardol) qui renferme beaucoup de tanins et est utilisé notamment dans l'industrie du cuir.

    L'anacarde est également connue sous les appellations d'acajou ou de cajou. Quand c'est le nom d'acajou qui est employé, il faut prendre garde à ne pas confondre cet arbre avec celui au bois dur et rougeâtre, le mahogany, utilisé lui en ébénisterie (appelé aussi plus communément acajou).

    Comment se présente l'anacardier ?

    - L'anacardier peut atteindre une hauteur d'une quinzaine de mètres à l'âge adulte, il possède un feuillage touffu au port hémisphérique reposant sur des branches tortueuses très ramifiées qui retombent parfois jusqu'au sol occupant par là une superficie importante, son tronc est court.

    L'anacardier est parfois utilisé pour le reboisement notamment du fait de sa faculté à prévenir l'érosion des sols grâce à un système radiculaire composé d'une ou plusieurs racines principales pivotantes, enfoncées profondément dans la terre et de racines latérales horizontales couvrant une large surface.

    L'anacardier réclame-t-il beaucoup d'entretien ?

    - Il réclame peu d'entretien et peut vivre jusqu'à vingt ou trente ans en culture et jusqu'à un demi-siècle à l'état naturel. S'il est mis en culture, il réclamera davantage d'attention, il faudra le planter de manière espacée, lui offrir une terre riche (parfois des engrais) et des soins adaptés. De très nombreuses femmes travaillent sur les plantations d'anacardiers.


(Propos recueillis pour le compte de l'A.F.H. - Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Mme Shirpah Sree)


Lire aussi le discours de S.A.R. la Maharani sur l'Environnement


© Association France-Harshakistan

   
 
1