Sécurité à l'Île-des-Soeurs


Rue Grande-Allée

Des propositions pour contrôler la vitesse

par PIERRE VIGNEAULT, LE MAGAZINE

Les citoyens qui habitent sur la rue Grande-Allée ont été invités, par lettre circulaire, à une rencontre qui avait lieu le mercredi 26 février, au centre Elgar. L’ingénieur Jean Cardin, de l’Arrondissement Verdun, était présent pour faire le point sur le dossier des excès de vitesse, dans ce secteur.

Cette rencontre fait suite à une pétition qui a été signée par 85 personnes qui résident en bordure de la rue Grande-Allée. Celles-ci déploraient les excès de vitesse et demandaient l’intervention des autorités municipales. Outre l’ingénieur Cardin et son assistante, les conseillers John Gallagher, Ginette Marotte et Claude Trudel ont participé à la réunion. Seulement trois résidants de la rue Grande-Allée participaient à la réunion, dont les deux personnes qui ont fait circuler la pétition. Celles-ci ne semblaient pas découragées devant cette faible participation, car elles estiment que les citoyens avaient clairement exprimé leur volonté, en signant la requête.

M. Cardin a d’abord apporté des précisions sur les analyses qui ont été réalisées dans ce secteur. Celles-ci ont été effectuées en avril 2002 et elles apportent des informations assez étonnantes sur la circulation. Ainsi, il ressort de cette étude que la vitesse moyenne des véhicules est de 40 km/h, sur la rue Grande-Allée. Durant les trois journées où on a effectué les vérifications, on a constaté que 12% des véhicules avaient excédé les 50 km/h. On ne recommande pas l’installation de dos d’âne, lorsque moins de 15% des véhicules excèdent les 50km/h.

Les informations communiquées par M. Cardin ont aussi permis de constater que les autorités locales doivent tenir compte de contraintes rigides, dans l’élaboration des mesures de contrôle de la circulation. Ainsi, c’est le service de police qui décide s’il accroîtra ou non la surveillance, dans un secteur; les autorités municipales peuvent cependant en faire la demande. Les administrations locales doivent en outre tenir compte des normes du ministère du Transport du Québec qui vise à uniformiser la réglementation.

Il reste que l’Arrondissement Verdun envisage d’appliquer deux mesures pour contrôler les excès de vitesse, dans ce secteur. Dans un premier temps, on interviendra auprès du commandant du poste 17 afin qu’il accroisse la surveillance policière. De plus, on tracerait une ligne, au centre de la chaussée, ce qui inciterait les automobilistes à circuler sur un côté de la rue, les forçant ainsi à réduire leur vitesse.

Si ces deux méthodes n’apportent pas les succès escomptés, on pourra envisager d’autres options, comme l’aménagement d’avancées de trottoir ou de chicanes, sur la chaussée. Ces deux options sont toutefois assez coûteuses et présentent des inconvénients, pour les résidants; c’est pourquoi on privilégie les deux premières solutions. Celles-ci ont d’ailleurs obtenu l’appui des deux responsables de la pétition ainsi que des élus municipaux qui participaient à la rencontre.