2000-02-29

Discussions de vol libre au Québec

1 juin 1997 au 20 août 2000

Archivées par le Front de Libération aérienne du Québec


<-Message précédent       Consultation par date, auteur ou sujet       Message suivant->

Date: 29 février 2000

De: Yvan Bernard (56)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Tous ce que je peux te dire c'est qu'il n'y a rien de tel que l'expérience des pilotes locaux pour savoir ce qui va se passer après un décollage. Les gars le savent car jours après jours ils décollent et

le vent soufle toujours moins fort la haut qu'au décollage. Dans ces circonstance on a 2 choix :

1 En profiter pleinement pour voler.

2 Refuser de décoller car on ne comprend pas tout à fait pourquoi cela ralenti?

A vous de choisir.

Jerome Daoust wrote:

> Yvan,

>

> Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de la compression ?

> Ca doit etre a cause de Coriolis en Guadeloupe...

>

> Autre chose : Line, Jean "Fireball" et Stephane sont repartis avec un sourire au visage

> depuis Marshall Samedi soir, mais je les laisse raconter.

>

> Jerome

>

> Yvan Bernard wrote:

> >

> >

> >

> > Les gars me disent que ce site offre des conditions laminaire exeptionnelles et qu'ils y décollent jusqu'à 45 Km/Hr (Il s'agit bien de parapente la et pas des Deltas et on est pas non plus au

> > sommet du Mont blanc mais bien que 80 mètres au dessus de la mer qui est juste la devant nous) une fois sortie de la compression on a généralement 10 KM/Hr de moins et on peut y voler sans problème

> > qu'ils me disent.

> >

> >

> >

> > Yvan "La peau bombardé de photon" Bernard

> >

> >


Date: 29 février 2000

De: Sonya Guay (56)

Sujet: Bercé_par_____________lesalisés....

>

> > Les gars me disent que ce site offre des conditions laminaire

exeptionnelles et qu'ils y décollent jusqu'à 45 Km/Hr (Il s'agit bien de

parapente la et pas

Pas besoin d'aller en Guadeloupe pour vivre cela! juste à venir à TADOUSSAC

:0)

Mais c'est vrai qu'il y fait un peu moins chaud et que toutes les NANAS sur

la plage ne portent pas le "string", quoique ??? un fois j'en ai vu une qui

en portait un en "sirbin :0)

La-bas on décole sur le plat de la plage quand le vent y souffle 38-42,

jamais essayé à 45.

Me ferais-je vieux???

Michel

La banane atomique

Sonya Guay

somi@conceptair.com

----- Message d'origine -----

De : "Jerome Daoust" <Jerome.Daoust@MSCSOFTWARE.COM>

À : <VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA>

Envoyé : lundi 28 février 2000 20:57

Objet : Re: Bercé par lesAlisés....

> Yvan,

>

> Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de la

compression ?

> Ca doit etre a cause de Coriolis en Guadeloupe...

>

> Autre chose : Line, Jean "Fireball" et Stephane sont repartis avec un

sourire au visage

> depuis Marshall Samedi soir, mais je les laisse raconter.

>

> Jerome

>

> Yvan Bernard wrote:

> >

> >

> >

> > Les gars me disent que ce site offre des conditions laminaire

exeptionnelles et qu'ils y décollent jusqu'à 45 Km/Hr (Il s'agit bien de

parapente la et pas des Deltas et on est pas non plus au

> > sommet du Mont blanc mais bien que 80 mètres au dessus de la mer qui est

juste la devant nous) une fois sortie de la compression on a généralement 10

KM/Hr de moins et on peut y voler sans problème

> > qu'ils me disent.

> >

> >

> >

> > Yvan "La peau bombardé de photon" Bernard

> >

> >


Date: 29 février 2000

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Yvan,

Desole si je t'ai pousse a la reflexion.

Ce que je crois qu'il se passe, et ce que je voulais faire sortir, c'est que probablement

que le decollage est situe derriere la compression et non pas dedans.

Mais comme tu dis on n'a pas besoin de comprendre pour en profiter.

Jerome

Yvan Bernard wrote:

>

> Tous ce que je peux te dire c'est qu'il n'y a rien de tel que l'expérience des pilotes locaux pour savoir ce qui va se passer après un décollage. Les gars le savent car jours après jours ils décollent et

> le vent soufle toujours moins fort la haut qu'au décollage. Dans ces circonstance on a 2 choix :

> 1 En profiter pleinement pour voler.

> 2 Refuser de décoller car on ne comprend pas tout à fait pourquoi cela ralenti?

>

> A vous de choisir.

>

> Jerome Daoust wrote:

>

> > Yvan,

> >

> > Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de la compression ?

> > Ca doit etre a cause de Coriolis en Guadeloupe...

> >

> > Autre chose : Line, Jean "Fireball" et Stephane sont repartis avec un sourire au visage

> > depuis Marshall Samedi soir, mais je les laisse raconter.

> >

> > Jerome

> >

> > Yvan Bernard wrote:

> > >

> > >

> > >

> > > Les gars me disent que ce site offre des conditions laminaire exeptionnelles et qu'ils y décollent jusqu'à 45 Km/Hr (Il s'agit bien de parapente la et pas des Deltas et on est pas non plus au

> > > sommet du Mont blanc mais bien que 80 mètres au dessus de la mer qui est juste la devant nous) une fois sortie de la compression on a généralement 10 KM/Hr de moins et on peut y voler sans problème

> > > qu'ils me disent.

> > >

> > >

> > >

> > > Yvan "La peau bombardé de photon" Bernard

> > >

> > >


Date: 29 février 2000

De: Claude Montpetit [office]" (9)

Sujet: Bercé_parlesalisés.... (6)

> > Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de la

compression ?

Oui, la vitesse horizontale du vent est problablement plus forte en avant de

la compression.

Mais ce qui compte ici, c'est la vitesse "reelle" du vent, que le vent soit

vertical, horizontal, ou oblique (le long de la pente).

A mon avis donc, et corrigez moi si je me trompe, la vitesse du vent

"reelle" dans le centre de la compression est forcement plus grande qu'en

avant, ou en arriere de la compression.

> Ce que je crois qu'il se passe, et ce que je voulais faire sortir, c'est

que probablement

> que le decollage est situe derriere la compression et non pas dedans.

>> Tous ce que je peux te dire c'est qu'il n'y a rien

>> de tel que l'expérience des pilotes locaux pour savoir

>> ce qui va se passer après un décollage. Les gars le savent

>> car jours après jours ils décollent et

>> le vent soufle toujours moins fort la haut qu'au décollage.

>>> Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait

>>> en sortant de la compression ?


Date: 29 février 2000

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Claude,

Alors je dois te corriger.

L'amplitude du vecteur de vitesse du vent est plus grande la ou la pression

est la plus faible (en dehors de la compression), c'est un equilibre

energetique qui fait que :

Pression totale = constante = Pression dynamique + Pression statique

Pression dynamique : ... depends de la vitesse du vent.

Pression statique : Pression mesuree sans "arreter" le vent.

Pression dynamique et statique, ce sont les 2 mesures prises par les

tubes de pyto (pito ?) au devant des avions.

C'est donc normal que quand le vent se fait ralentir (compression), la

pression statique augmente pour maintenir un niveau d'energie constant.

Pression plus elevee dans un ecoulement, vent plus faible.

Si Yvan n'avait pas compris ca en vacance, alors il n'a pas pu vraiment

s'amuser (joke),

Jerome

"Claude Montpetit [office]" wrote:

>

> > > Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de la

> compression ?

>

> Oui, la vitesse horizontale du vent est problablement plus forte en avant de

> la compression.

>

> Mais ce qui compte ici, c'est la vitesse "reelle" du vent, que le vent soit

> vertical, horizontal, ou oblique (le long de la pente).

>

> A mon avis donc, et corrigez moi si je me trompe, la vitesse du vent

> "reelle" dans le centre de la compression est forcement plus grande qu'en

> avant, ou en arriere de la compression.

>


Date: 29 février 2000

De: Stéphane_GREGOIRE (8)

Sujet: Bercé_parlesalisés.... (6)

Compression...

Je pense messieurs que vous associez rapidement les phénomènes de

compression et venturi. Pour la compression, mon récent bacc en génie est

déja trop loin, je suis dans le doute. Pour le venturi, le vent s'accélère

dès qu'il y a rétrécissement horizontal et/ou vertical. Imaginons un "col"

au bord de la mer, un venturi est très plausible, ce qui expliquerait un 45

km/h au centre et 10 de moins autour.

Je peux me tromper, n'hésitez pas à m'éclairer, le savoir se partage!!!

Stéphane.


Date: 29 février 2000

De: Claude Montpetit [office]" (9)

Sujet: Bercé_parlesalisés.... (6)

Hum... Je crois qu'on doit parler de 2 choses differentes. Dans mon petit

jargon non technique, la compression dont je parle est souvent utilisee ici

comme synonyme de "venturi" (dans le contexte d'une falaise au vent, par

exemple) . Dans mon esprit (non scientifique, je l'admet, mais plutot

intuitif), le vent dans un venturi accelere.

-----Original Message-----

From: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]On Behalf

Of Jerome Daoust

Sent: Tuesday, February 29, 2000 4:50 PM

To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

Claude,

Alors je dois te corriger.

L'amplitude du vecteur de vitesse du vent est plus grande la ou la pression

est la plus faible (en dehors de la compression), c'est un equilibre

energetique qui fait que :

Pression totale = constante = Pression dynamique + Pression statique

Pression dynamique : ... depends de la vitesse du vent.

Pression statique : Pression mesuree sans "arreter" le vent.

Pression dynamique et statique, ce sont les 2 mesures prises par les

tubes de pyto (pito ?) au devant des avions.

C'est donc normal que quand le vent se fait ralentir (compression), la

pression statique augmente pour maintenir un niveau d'energie constant.

Pression plus elevee dans un ecoulement, vent plus faible.

Si Yvan n'avait pas compris ca en vacance, alors il n'a pas pu vraiment

s'amuser (joke),

Jerome

"Claude Montpetit [office]" wrote:

>

> > > Je croyais que la vitesse du vent horizontal augmentait en sortant de

la

> compression ?

>

> Oui, la vitesse horizontale du vent est problablement plus forte en avant

de

> la compression.

>

> Mais ce qui compte ici, c'est la vitesse "reelle" du vent, que le vent

soit

> vertical, horizontal, ou oblique (le long de la pente).

>

> A mon avis donc, et corrigez moi si je me trompe, la vitesse du vent

> "reelle" dans le centre de la compression est forcement plus grande qu'en

> avant, ou en arriere de la compression.

>


Date: 29 février 2000

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Bon exemple Stéphane.

C'est au centre du venturi que l'on trouve les pressions statique les

plus faibles. C'est comme ca qu'on aspire un maximum d'essence dans un

carburateur (les vieux chars en on encore) a cause de la basse pression

statique (on maximise la pression dynamique).

Devant un Venturi en montagne ou le vent est maximum, n'y a t'il pas de

la compression du au relief qui canalise le vent dans le venturi ?

Jerome

Stéphane GREGOIRE wrote:

>

> Compression...

>

> Je pense messieurs que vous associez rapidement les phénomènes de

> compression et venturi. Pour la compression, mon récent bacc en génie est

> déja trop loin, je suis dans le doute. Pour le venturi, le vent s'accélère

> dès qu'il y a rétrécissement horizontal et/ou vertical. Imaginons un "col"

> au bord de la mer, un venturi est très plausible, ce qui expliquerait un 45

> km/h au centre et 10 de moins autour.

> Je peux me tromper, n'hésitez pas à m'éclairer, le savoir se partage!!!

>

> Stéphane.


Date: 29 février 2000

De: Gilles Boulianne (20)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Compression et venturi:

Tout est beaucoup plus simple si on voit qu'une montagne

dans le vent se comporte exactement comme un extrado d'aile,

et ça on sait tous comment ça fonctionne:

vitesse plus grande sur le dessus ("venturi"), vitesse

nulle juste au pied de la montagne ("compression").

Dans la zone où les filets d'air suivent la montagne,

la vitesse de l'air est plus grande qu'ailleurs. En sortant de

cette zone, on retrouve la vitesse normale du vent.

Il y a aussi une couche très près de l'aile, euh je veux

dire de la montagne, où l'air est si près

de la surface (le sol) qu'il est ralenti (gradient).

Donc au décollage, il semble venter moins fort,

puis on entre dans du vent très fort (dû au profil

de la montagne) puis encore plus haut et plus loin

on entre finalement dans le vent normal.

Du moins c'est comme ça que je le vois...

--

Gilles Boulianne (gboulian@crim.ca)

Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100

Québec, Canada H3A 1B9


Date: 29 février 2000

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Claude,

Si tu appelle un Venturi une compression, alors ta logique tiens la route.

La question devient une de terminologie.

Normalement la "zone de compression" c'est celle en avant et en bas d'un relief

expose au vent. C'est l'endroit ou le vent se fait bloquer pour ensuite changer

de direction. Ce serait plus bas et plus en avant de la zone verte dans la figure

"Les zones d'évolution" (au pas de la page)

http://www.sxb.rte.fr/FFP-manuel/AR03.htm

On peut aussi voir les mots "zone de compression" sur cette meme page dans la

figure sous le titre "L'onde".

Jerome

Jerome

"Claude Montpetit [office]" wrote:

>

> Hum... Je crois qu'on doit parler de 2 choses differentes. Dans mon petit

> jargon non technique, la compression dont je parle est souvent utilisee ici

> comme synonyme de "venturi" (dans le contexte d'une falaise au vent, par

> exemple) . Dans mon esprit (non scientifique, je l'admet, mais plutot

> intuitif), le vent dans un venturi accelere.

>


Date: 29 février 2000

De: Claude Montpetit [office]" (9)

Sujet: Bercé_parlesalisés.... (6)

Belle explication de Gilles. Et pour en remettre, la "compression" au bas de

la montagne serait-elle associee a ce qu'on appelle "l'effet bagnard" ou

bedon j'suis en train de faire une belle poutine avec tout ca?

-----Original Message-----

From: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]On Behalf

Of Gilles Boulianne

Sent: Tuesday, February 29, 2000 6:48 PM

To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

Compression et venturi:

Tout est beaucoup plus simple si on voit qu'une montagne

dans le vent se comporte exactement comme un extrado d'aile,

et ça on sait tous comment ça fonctionne:

vitesse plus grande sur le dessus ("venturi"), vitesse

nulle juste au pied de la montagne ("compression").

Dans la zone où les filets d'air suivent la montagne,

la vitesse de l'air est plus grande qu'ailleurs. En sortant de

cette zone, on retrouve la vitesse normale du vent.

Il y a aussi une couche très près de l'aile, euh je veux

dire de la montagne, où l'air est si près

de la surface (le sol) qu'il est ralenti (gradient).

Donc au décollage, il semble venter moins fort,

puis on entre dans du vent très fort (dû au profil

de la montagne) puis encore plus haut et plus loin

on entre finalement dans le vent normal.

Du moins c'est comme ça que je le vois...

--

Gilles Boulianne (gboulian@crim.ca)

Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100

Québec, Canada H3A 1B9


Date: 29 février 2000

De: Jerome Daoust (230)

Sujet: Bercéparlesalisés (9)

Oui, l'explication de Gilles est bonne.

L'effet bagnard c'est derriere un thermique fortement incline par un fort vent :

on sort du cote sous le vent, on descent dans le sink et les turbulences

pour se rendre compte qu'on est plus loin derriere le thermique a cause de

son inclinaison.

Jerome

"Claude Montpetit [office]" wrote:

>

> Belle explication de Gilles. Et pour en remettre, la "compression" au bas de

> la montagne serait-elle associee a ce qu'on appelle "l'effet bagnard" ou

> bedon j'suis en train de faire une belle poutine avec tout ca?

>

> -----Original Message-----

> From: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]On Behalf

> Of Gilles Boulianne

> Sent: Tuesday, February 29, 2000 6:48 PM

> To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

> Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

>

> Compression et venturi:

>

> Tout est beaucoup plus simple si on voit qu'une montagne

> dans le vent se comporte exactement comme un extrado d'aile,

> et ça on sait tous comment ça fonctionne:

> vitesse plus grande sur le dessus ("venturi"), vitesse

> nulle juste au pied de la montagne ("compression").

>

> Dans la zone où les filets d'air suivent la montagne,

> la vitesse de l'air est plus grande qu'ailleurs. En sortant de

> cette zone, on retrouve la vitesse normale du vent.

>

> Il y a aussi une couche très près de l'aile, euh je veux

> dire de la montagne, où l'air est si près

> de la surface (le sol) qu'il est ralenti (gradient).

> Donc au décollage, il semble venter moins fort,

> puis on entre dans du vent très fort (dû au profil

> de la montagne) puis encore plus haut et plus loin

> on entre finalement dans le vent normal.

>

> Du moins c'est comme ça que je le vois...

>

> --

> Gilles Boulianne (gboulian@crim.ca)

> Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

> 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100

> Québec, Canada H3A 1B9


Date: 29 février 2000

De: Sylvain_Bélanger (19)

Sujet: Bercé_parlesalisés.... (6)

Je pourrais bien entrer dans vos réflexions mais il me semble que de mémoire

de pilote, le vent est toujours plus fort dans la compression (pres de la

montagne) Décollage rock and roll parfois risqué mais une fois éloigné, le

vent se ralentit toujours un peu... Voter discussion me surprend un peu. Il

me semble que ce phénomène a toujours été évident pour tout le monde...

Sylvain Bélanger

----- Original Message -----

From: "Jerome Daoust" <Jerome.Daoust@MSCSOFTWARE.COM>

To: <VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA>

Sent: Tuesday, February 29, 2000 7:07 PM

Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

> Oui, l'explication de Gilles est bonne.

>

> L'effet bagnard c'est derriere un thermique fortement incline par un fort

vent :

> on sort du cote sous le vent, on descent dans le sink et les turbulences

> pour se rendre compte qu'on est plus loin derriere le thermique a cause de

> son inclinaison.

>

> Jerome

>

> "Claude Montpetit [office]" wrote:

> >

> > Belle explication de Gilles. Et pour en remettre, la "compression" au

bas de

> > la montagne serait-elle associee a ce qu'on appelle "l'effet bagnard" ou

> > bedon j'suis en train de faire une belle poutine avec tout ca?

> >

> > -----Original Message-----

> > From: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]On Behalf

> > Of Gilles Boulianne

> > Sent: Tuesday, February 29, 2000 6:48 PM

> > To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

> > Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

> >

> > Compression et venturi:

> >

> > Tout est beaucoup plus simple si on voit qu'une montagne

> > dans le vent se comporte exactement comme un extrado d'aile,

> > et ça on sait tous comment ça fonctionne:

> > vitesse plus grande sur le dessus ("venturi"), vitesse

> > nulle juste au pied de la montagne ("compression").

> >

> > Dans la zone où les filets d'air suivent la montagne,

> > la vitesse de l'air est plus grande qu'ailleurs. En sortant de

> > cette zone, on retrouve la vitesse normale du vent.

> >

> > Il y a aussi une couche très près de l'aile, euh je veux

> > dire de la montagne, où l'air est si près

> > de la surface (le sol) qu'il est ralenti (gradient).

> > Donc au décollage, il semble venter moins fort,

> > puis on entre dans du vent très fort (dû au profil

> > de la montagne) puis encore plus haut et plus loin

> > on entre finalement dans le vent normal.

> >

> > Du moins c'est comme ça que je le vois...

> >

> > --

> > Gilles Boulianne (gboulian@crim.ca)

> > Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

> > 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100

> > Québec, Canada H3A 1B9

>


Date: 29 février 2000

De: Sylvain_Bélanger (19)

Sujet: Bercé_parlesalisés...._p.s.

Je crois que la ou on fait erreur, c'est avec le terme compression. Ce qui

sous entend plus grande pression. En fait, comme le dit Gilles, la montagne

se comporte comme le profil d'une aile: Sur le dessus du profil (Décollage)

La pression est plus basse et l'air est accéléré ( Théorème de

Bernouilli...) On devrait dire le contraire, pas la compression mais la

dépression.

----- Original Message -----

From: "Jerome Daoust" <Jerome.Daoust@MSCSOFTWARE.COM>

To: <VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA>

Sent: Tuesday, February 29, 2000 7:07 PM

Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

> Oui, l'explication de Gilles est bonne.

>

> L'effet bagnard c'est derriere un thermique fortement incline par un fort

vent :

> on sort du cote sous le vent, on descent dans le sink et les turbulences

> pour se rendre compte qu'on est plus loin derriere le thermique a cause de

> son inclinaison.

>

> Jerome

>

> "Claude Montpetit [office]" wrote:

> >

> > Belle explication de Gilles. Et pour en remettre, la "compression" au

bas de

> > la montagne serait-elle associee a ce qu'on appelle "l'effet bagnard" ou

> > bedon j'suis en train de faire une belle poutine avec tout ca?

> >

> > -----Original Message-----

> > From: Vol libre au Quebec [mailto:VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA]On Behalf

> > Of Gilles Boulianne

> > Sent: Tuesday, February 29, 2000 6:48 PM

> > To: VOL-LIBRE@LISTES.ULAVAL.CA

> > Subject: Re: Bercé parlesAlisés....

> >

> > Compression et venturi:

> >

> > Tout est beaucoup plus simple si on voit qu'une montagne

> > dans le vent se comporte exactement comme un extrado d'aile,

> > et ça on sait tous comment ça fonctionne:

> > vitesse plus grande sur le dessus ("venturi"), vitesse

> > nulle juste au pied de la montagne ("compression").

> >

> > Dans la zone où les filets d'air suivent la montagne,

> > la vitesse de l'air est plus grande qu'ailleurs. En sortant de

> > cette zone, on retrouve la vitesse normale du vent.

> >

> > Il y a aussi une couche très près de l'aile, euh je veux

> > dire de la montagne, où l'air est si près

> > de la surface (le sol) qu'il est ralenti (gradient).

> > Donc au décollage, il semble venter moins fort,

> > puis on entre dans du vent très fort (dû au profil

> > de la montagne) puis encore plus haut et plus loin

> > on entre finalement dans le vent normal.

> >

> > Du moins c'est comme ça que je le vois...

> >

> > --

> > Gilles Boulianne (gboulian@crim.ca)

> > Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

> > 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100

> > Québec, Canada H3A 1B9

>


Front de Libération aérienne du Québec