FOR ENGLISH CLICK HERE

Nicolas MARSOLET
1587-1677


Sauter les Rapides (Shooting the Rapids)
par Frances Anne Hopkins
Au 16e & 17e siècle, 14 pagayeurs, un guide,
un navigateur debout et 4 passagers
dans un canot d'écorce de bouleau
Du site généalogique de Ms Chapman à
ourworld.compuserve.com/homepages/MarjChapman

Après 1645, Nicholas Marsolet menait
une barque telle que celle-ci (un gros canoe)
de la ville de Québec à Tadoussac et ailleurs,
emmenant des visiteurs.

www.oocities.com/daniellla.geo/marsoletfrancais.html

/user/spacer.gif

MARSOLET

"Nous étions la!"
Racines québécoises, canadiennes,
américaines, amérindiennes,
acadiennes, européennes,
une généalogie & histoire
de la Nouvelle-France

Tome 1: un ancetre, NICOLAS MARSOLET (1587-1677)

par Danielle Duval LeMyre

E-MAIL: dlemyre@yahoo.com

Nicolas Marsolet de St-Aignan, sieur de Bellechasse, est un caractère saillant des débuts de la Nouvelle-France.

J'espère pouvoir vous donner une meilleure perspective de cette personne qui a choisi d'être aussi invisible que possible durant sa vie et qui pourtant marqua l'histoire à bien des tournants.


Henri IV
Roi de France de 1589 à 1610

Nicolas les connu tous, Samuel de Champlain, les interprètes, son ami et compère Etienne Brûlé dont les Pères se plaignaient "qu'ils (Brulé et Marsolet) mangeaient ensemble de la viande le vendredi", les coureurs des bois, les premiers missionnaires, Récollets, les frères Kirke (Kerth), la Cour de France sous Henri IV, Louis XIII et Louis XIV, les Jésuites et surtout, ses bien-aimés Montagnais de Tadoussac,ainsi que des Nations du Saguenay et du Lac St-Jean avec qui il avait vécu 27 ans, sa première famille au Nouveau-Monde et qu'il protégerait jusqu'à sa mort.
Les liens de sang étaient nombreux avec eux,
renforcant la fabrique de leur confiance mutuelle,
surtout à cause des enfants qu'il eut avant 1635, puisque Champlain encourageait les nouveaux arrivants à ce faire.


Samuel de Champlain, Gouverneur

Lorsqu'à la mort de Champlain, Nicolas âgé de 48 ans épousa Marie LeBarbier, une jeune fille de France âgée de seize ans au coeur altier et intrépide et dont le frère aîné,
Henri LeBarbier, avait rempli la tête de voyages et de visions de liberté, Nicholas Marsolet commençait la dernière tranche de sa vie, qui durerait 42 ans.

Cette famille française avec qui il vivait à Québec remplit son coeur de tendresse, de fierté et de sagacité. Bien que Nicolas et Marie eurent un total de dix enfants, plusieurs moururent en bas âge.

Leurs enfants survivant la petite enfance furent:
Marie Marsolet dame Mathieu D'AMOURS de CHAUFFOURS
Louise Marsolet dame Jean LEMIRE
Geneviève Marsolet dame Michel GUYON du Rouvray
Madeleine Marsolet dame Francois GUYON des Prés(Després)
Jean MARSOLET,(1651) sieur de Bellechasse, marié deux fois, mais sans progéniture survivante
Marie Marsolet (1661), la seconde Marie, née l'année des 75 ans de son père et qui mourut à 15 ans, trois mois avant lui, en février 1677.

C'est une très longue histoire et elle est contenue dans le premier tome de la série "Nous étions la! Racines québécoises, canadiennes, américaines, amérindiennes, acadiennes & européennes, une généalogie et histoire de la Nouvelle-France - Tome 1: un ancêtre Nicolas Marsolet " par Danielle Duval LeMyre.

CLIQUEZ ici pour commander un des livres de Danielle

Avec l'Internet vous pouvez en avoir un avant-goût.

Ici, je veux vous donner des petits morceaux de sa vie, longue et variée, pour en avoir une idée.

Personne ne s'accorde sur sa date de naissance, (surtout à cause du recensement de 1661 qui donne un faux âge) mais les baptistères en France indique qu'il est né a Rouen en 1587, que son contrat d'interprète fut signé avec Henri IV en 1599 (la même année où Henri IV répudiait Marguerite de Valois) et que Nicolas est arrivé au Canada en 1608 avec Champlain (un de ses adversaires les plus puissants), et sous Louis XIII il fut marié en 1636, à l'âge de 48 ans avec Marie LeBarbier (dite La Barbide) dont il eût six enfants survivants qui lui donnèrent 46 petits-enfants. Ceux-ci formèrent les bases de la future société du Nouveau Monde, que ce soit au Québec, en Acadie, au Canada, le long du Mississipi, aux Etats-Unis ou aux Antilles.

Nicolas fut l'un des plus gros propriétaires terriens Y VIVANT, ayant reçu, après 1636 des concessions d'un peu tout le monde (Jésuites, Compagnie des 100 associés, etc) ce qui démontrait bien qu'il avait l'estime de tous ces donateurs... Nicolas eut sa sépulture a Québec le 15 mai 1677.

Pour l'histoire plus détaillée de la vie de Nicolas Marsolet, commander un livre sur sa vie, en français ou en anglais (cliquez ici).

En 1677, lors de sa mort, à 90 ans, Nicolas Marsolet, sieur de Bellechasse,avait vécu trois tranches de vies totalement différentes:

1* D'origines protestantes (Huguenots), les famille des Marsolet, des Damours, des Guyon, des Catalorgne et des D'Abadie ne s'affichaient pas beaucoup.
Notre Nicolas était le fils de Nicholas Marsolet et Marguerite de Plane, petit-fils de Nicolas Marsolett et Laurence Griffon, et jusqu'à 21 ans Nicholas avait grandi à la Cour du Roy de France où son père Nicolas Marsolet, était l'Ecuyer de Monsieur, le frère du Roi, mêlé à toutes les grandes familles de France, apprenant l'italien, le hollandais, l'anglais, l'espagnol, s'entraînant comme "drogman"(italien) ou torgeman(arabe)(truchement en vieux français) pour obtenir son "barat"( à 21 ans) (il fut le premier interprète signé par le Roi Henri IV en 1599 pour les "Compagnies du Canada")

2* puis traversé les Mers pour s'établir à Tadoussac où il vécut pendant 27 ans, en amitié avec les Montagnais qui l'appelleraient encore, des générations plus tard, le petit roi de Tadoussac, à cause du respect et de l'amitié qu'ils lui portaient, dont découlèrent ces honneurs


Maison où vécut Nicolas Marsolet de 1608 à 1635
Réplique du poste-de-traite de Tadoussac
sur son emplacement original,
bâti par Pierre Chauvin en 1600

3* finalement, pendant 41 ans il vécut dans la ville de Québec avec une jeune épouse qu'il était allé cherché (fin 1635-1636) en France, Marie LeBarbier, agée de 16 ans lors de son mariage.
Il alla en France encore quelques fois, et durant les dernières dix années de sa vie, il se fit un jeune ami avec Nicolas Perrot,


NICOLAS PERROT
1643/4-1718
nouvellement arrivé avec les Jésuites, à qui Marsolet enseigna des langues indiennes et leurs coutumes.

ENFANTS DE NICOLAS MARSOLET et MARIE LEBARBIER (dite La Barbide)
Sept des dix, que nous connaissons mieux:
1. Joseph, mort-né;
2. Marie, dame Mathieu Damours;
3. Louise, dame Jean Lemire;
4. Genevieve, dame Michel Guyon du Rouvray;
5. Madeleine, dame Francois Guyon des Prés
(souvenez-vous de Grand Prés, en Acadie rasé par l'Angleterre en 1745 ? Et bien ce fief fut donné aux nouveaux époux, Madeleine Marsolet et Francois Guyon (Dion) des Prés, en cadeau de mariage en 1650. Elle et sa soeur Geneviève (épouse de Michel Guyon du Rouvray) furent probablement arrières-grand-mères d'une grosse partie des Acadiens! );
6. Jean Marsolet de St-Aignan, seigneur de Bellechasse;
7. Marie, la 2e, née l'année où Nicolas eût 75 ans, sa petite dernière, sa préférée, décédée à 15 ans, et après laquelle il se laissa mourir de chagrin.

Nicolas Marsolet mis en ordre ses affaires et se retira pour mourir.

Il n'y avait plus personne de ses anciens compagnons depuis de longues années et la perte de Marie, en février 1677, fut la dernière paille. Il rendit l'âme et fut enterré le 15 mai après avoir reçu les derniers sacrements... (bien que sa famille fut de souche Huguenote). Nicolas  est enterré à Québec dans la voûte de l'église auprès d'autres notables.


Cinq enfants leur survivraient.  Marie, sa femme, décéda en 1688, 101 ans après la naissance de ce premier mari, ... et oui, elle se remaria en 1680 à Denis Gabriel LeMaistre, un tailleur; elle était un parti recherché, une femme bien éduquée, riche, ayant des liens de parenté avec quelques-unes des plus nobles familles de la Nouvelle-France.
  (Mme de La Dauversière était la marraine de l'un de ses petits-enfants, Louis Théandre Chartier de Lotbinière était l'époux d'Elisabeth Damours, la belle-soeur de sa fille Marie; Claude Charron de la Barre, mari d'Elisabeth/Isabeau Damours (première fille de Marie Marsolet) serait Gouverneur en 1682).

Oui, nous connaissons une foule de détails sur la vie de Nicolas (lire: Récollets, Jésuites, Montagnais, Kirke) et ceux-ci nous aident, non seulement à nous former une idée plus claire, plus précise de ce qu'était la vie du 17e siècle en pays français, mais aussi de savoir d'où, vous et moi, venons, de qui tenons-nous ces traits qui nous marquent ou nous identifient?  Nicolas est un bon début pour notre histoire:
                         "Il était une fois, en 1587, dans le château de St-Aignan un petit garçon qui vint au monde. Comme son père et son grand-père on lui donna le nom de "Nicolas"...

......A continuer...  :)

Je vous remercie pour tout commentaire, améliorations du texte, de la méthodologie etc. DANIELLE - e-mail:  ddlemyre@yahoo.com

Population Féminine - Ville de QUÉBEC 1636

-- Sous Monsieur de Montmagny, la condition de la femme Française-Canadienne changea de face;  car il n'était pas de l'avis de Champlain qui pensait que les européennes ne pourraient s'adapter à la vie en Nouvelle-France.

Celui-ci (CHAMPLAIN) avait assuré les tribus que dans peu des fils des Français marieraient leurs filles, et que les deux peuples n'en feraient qu'un. Sur celà les chefs, tout fiers, lui avaient amené trois filles de leur nation qu'il n'avait pu refuser; on avait été obligé de les nourrir dans le temps de la famine au détriment des Français et elles avaient occasionné beaucoup de mal...

Tire des rapports du temps: "--Monsieur de Montmagny, d'accord avec les principaux associés, comprit que l'on devait travailler à faire du Canada, non un pays moitié sauvage, mais une France nouvelle, tout en procurant dans des bourgades séparées la conversion et la civilisation des Naturels." Sous ce point de vue les premières dames, pourvu qu'elles fussent courageuses, n'hésitèrent pas à traverser l'océan, soit pour s'y dévouer aux bonnes oeuvres, comme les religieuses Ursulines et Hospitalières, soit pour s'y établir ou pour accompagner leurs maris;  et elles purent former entre elles une société de choix où figurent les noms suivants:

Ci-bas, voici la liste des femmes à Québec en 1636, lorsque Nicolas Marsolet de St-Aignan décida de prendre une épouse européenne

Marie Leneuf du Hérisson Dame Jean-Baptiste Godefroy de Linclot
Marguerite Le Gardeur Dame Jacques Leneuf de la Potherie
Jeanne Le Marchand Dame Michel Leneuf du Hérisson
Marie Faverie Dame Pierre Le Gardeur de Repentigny
Catherine de Cordé Dame René Le Gardeur du Tilly
Marie Langlois Dame Jean Juchereau de Maure
Jacqueline Potel Dame Jean Bourdon
Anne Couvent Dame Philippe Amyot
Simone d'Orgeville Dame Adrien d'Abancour
Eleonore de Grandmaison Dame François de Chavigny
Marie d'Abancour (Avaugour) Dame Jean Jolliet
Madeleine Leneuf du Hérisson Dame Jean Poutrel du Colombier
Nicole Lemoine Dame Gaspard Boucher
Julienne Barry Dame Marin Boucher
Louise Boucher Dame Louis-Henri Peignet
Marie Renouard Dame Robert Giffard

* * * * * * * *

Cliquez ici pour la LISTE des PASSAGERS du St-ANDRÉ de 1659
Un voyage mouvementé avec Marguerite Bourgeoys et Jeanne Mance

*************

ENGLISH TEXT

Signez notre NOUVEAU LIVRE de VISITES

Voir les VISITES de vos PETITS-COUSINS
Voir l'ancien livre de VISITES (1999)

http://c1.thecounter.com/id=457967

/cgi-bin/counter

© Copyright  Danielle Duval LeMyre 2002

1