Mali - L'empire du Mali
      A C C U E I L
                                  AU COEUR DU MALI
D'UN EMPIRE A UNE REPUBLIQUE


L'EMPIRE DU MALI

La petite chefferie du Mali dans le Haut-Niger, jadis considérée comme vassal de Ghana, ou d'une province de Ghana (le Sosso), a su profiter deux siècles plus tard de la décadence de ce dernier.

En effet, après la chute de Ghana au XIè, la province méridionale du Sosso, sous l'égide de Soumaoro Kanté, tenta de s'imposer dans la région. La tentative réussit, mais elle fut de courte durée (sept ans d'après la tradition orale mandingue). Soundjata Kéïta, fondateur de l'Empire du Mali, mit fin à cette hégémonie au début du XIIIè siècle.

Soundiata Keita

Les premiers rois du Manding
La femme-buffle
L'enfant-lion
L'enfance
Le réveil du lion
L'exil
Soumaoro Kanté, le roi-sorcier
Histoire
Les feuilles de baobab
Le retour
Le nom des héros
Nana Triban et Balla Fasséké
Krina
L'Empire
Kouroukan-Fougan ou le partage du monde
Niani
Le Manding éternel

Source
La parole du griot Mamadou Kouyaté
Version imprimmable

Comme pour le Ghana, nous disposons de très peu d'informations codifiées sur les débuts de ce nouvel état, à cheval sur le Niger et son affluent le Sankarani, non loin des mines d'or du Buré.

Par contre, la tradition orale mandingue, détenue par les griots attitrés de Kéla et de Kirina est très riche. Celle-ci est focalisée sur le fondateur de l'empire, Soundjata Kéïta.

Cet homme a fortement impressionné ses concitoyens et légendes, hauts Faits, pouvoirs magiques et guerriers font de lui un personnage extraordinaire. Il battit vers 1235 à Kirina son puissant rival Soumaoro Kanté, établit son autorité, selon Ibn Khaldun (1375-1382), sur le "royaume de Ghana jusqu'à l'Océan du côté de l'Occident ".

L'empire atteint son apogée au milieu du XIVè siècle, regroupant une grande partie des territoires compris entre le Sahara et la région préforestière, l'Océan atlantique et la Boucle du Niger.

Nombreux sont les auteurs arabes, soudanais et plus tard européens qui ont apporté des témoignages parfois oculaires sur l'histoire du Mali avec des épisodes sur sa richesse en or. En effet, la puissance de l'empire reposait en particulier sur le commerce de l'or, car les champs aurifères se trouvaient dans la proximité immédiate du Mande. L'or permit aux Mansa, les rois du Mali, de mener leur politique d'expansion grâce aux importantes cavaleries achetées en Afrique du nord. Il permit encore aux Mansa de Faire le pèlerinage à la Mecque. La littérature développa le pèlerinage en 1324-1325 de Kankou Moussa, qui dépensa au cours de son voyage "10 à 13 tonnes d'or... ce qui fit même baisser pendant des années le cours de l'or contre l'argent au Caire ".

Kankou Moussa, dont le règne marque l'apogée de l'empire, fut un grand souverain dont la renommée atteignit au XIVè siècle toute l'Afrique, le monde arabo-berbère et même l'Europe. C'est aussi au XIVè siècle que se situe l'expansion de l'Islam au Mali, quoique touchant alors surtout le Mansa et son entourage. Dans la région de Djenné, qui faisait partie avec Tombouctou et Gao des provinces septentrionales des Mansa, le commencement de l'islamisation se situe déjà vers 1200 avec la conversion du prince Koy Konboro.

Kankou.jpg (36452 bytes)

Le frère de Kankou Moussa, Mansa Souleymane, maintint l'empire dans ses plus grandes limites. Il reçut la visite en 1352-1353 de Ibn Battuta qui prit soin de noter le luxe de la cour royale : " la salle (d'audiences) a...trois fenêtres en bois recouvertes de plaques d'argent, et, au-dessous, trois (autres) recouvertes de plaques d'or... Les écuyers arrivent avec des armes magnifiques : carquois d'or et d'argent, sabres ornés d'or ainsi que leur fourreau, lances d'or et d'argent, massues de cristal ". A sa mort, vers 1360, l'empire Fut ébranlé par une série de luttes successorales qui entraînèrent anarchie et décadence. Face à la faiblesse de l'autorité centrale, les vassaux proclamèrent leur indépendance. C'est pendant cette période de crises que, selon Ibn Khaldun, Mari Djata II " vendit la pépite d'or du trésor royal... On la considérait comme le plus précieux des trésors, comme une merveille sans prix, à cause de sa rareté... Djata...l'offrit à des marchands d'Egypte qui fréquentaient son pays...à vil prix... ".

Vers la fin du XIVè siècle déjà, les Mossi firent des incursions victorieuses dans la Zone lacustre et, quelques années plus tard, tout le sud saharien (Araouane, Tombouctou, Oualata) Fut conquis par les Touareg.

Au début du XVè siècle, les montées de l'Empire Songay et bien plus tard du Royaume Bamanan de Ségou, réduisirent le Mali a sa petite chefferie d'origine.

Page precedente D'un Empire a une République suivant
1