A C C U E I L
                                  AU COEUR DU MALI
L'ARTISANAT AU MALI .
La Technique
Le Bogolan
Les origines

Le filage
Le tissage
L'étoffe
La teinture
L'impression textile
Le pagne traditionnel
Le Bogolan aujourd'hui
Les Artistes
Sénou Fofana

Alfousseiny Kelly
Bréhima Koné
Le groupe
Bogolan Kasobané

Ismael Diabaté

Abdoul Karim Ouédraogo
Sidiki Traoré

Modibo Franky Diallo
Page principale

LE PAGNE TRADITIONNEL

Le pagne est un vêtement traditionnel féminin. La femme le porte enroulé autour d'elle, sans système de fermeture. Elle attache le côté droit sur le côté gauche. Il couvre son corps du nombril aux chevilles. Le pagne traditionnel est composé en général de sept bandes de cotonnades cousues entre elles. (Le : taafe en bamanan).
La composition du pagne est divisée en cinq parties. La bordure droite, sokonon bolo (so: la maison, konon: dedans/ à l'intérieur, bolo: main/ limite) est cachée lors du port de l'étoffe. La bordure gauche, kenema (dehors) bolo, est visible. La bordure supérieure, fini siri (attacher) bolo (ou finitayoro), permet de nouer le pagne. La bordure inférieure, duguma bolo ou senkorola (duguma: la terre/ le sol, sen: le pied, korola. auprès de) décor le bas du pagne. Le panneau central, finin ba (ba: grand/ mère, finin: tissus, étoffes), donne le thème à l'ensemble de la composition.
Chaque signe dessiné sur le pagne détient une signification symbolique propre. Juxtaposés à d'autres signes et selon leur place dans la composition générale, les motifs chargés de messages offrent le récit d'événements réels et mythiques. Les signes deviennent alors écriture pour ceux qui savent les déchiffrer. L'interprétation donnée aux différents éléments ornant le textile révèlent la signification du pagne.
Les histoires reproduites sur le pagne en bogolan protègent la femme qui le revête. Elle en possède plusieurs, portés selon leurs significations à des moments particuliers, de sa vie d'épouse ou de mère.

page precedente Le Bogolan suite


Bog1

 

1